La fouille des spectateurs à l'entrée du Stade de France
Des mesures de sécurité renforcées ont été mises en place pour accueillir les spectateurs du Stade de France pour le match France-Italie, premier depuis les attentats du 13 novembre 2015. | DR

A 100 jours de l’Euro, la sécurité dans toutes les têtes

Publié le , modifié le

A cent jours du début de l’Euro 2016 (10 juin-10 juillet), le comité d’organisation a donné une conférence de presse lors de laquelle la sécurité a été au centre des débats.

Organiser une compétition comme l’Euro (qui plus est avec 24 équipes contre 16 sur les éditions précédentes), est un chemin de croix sécuritaire. Le contexte que l’on connaît avec la menace terroriste qui pèse sur toute l’Europe et en particulier la France en accroît un peu plus la difficulté. Le fait que le Stade de France ait été visé lors des attentats du 13 novembre rend plus présente encore la menace dans les esprits. C’est pourquoi, la sécurité a été le thème central de la conférence de presse accordée par le comité d’organisation, son patron Jacques Lambert en tête, à cent jours du début de la compétition. "Notre budget de sécurité, de 34 millions d'euros, a augmenté d'environ 15% depuis novembre", a indiqué Jacques Lambert qui précise depuis plusieurs semaines que les attentats "n'ont pas changé énormément de choses" au dossier sécurité de la compétition car "on sait depuis longtemps que le risque majeur que nous aurons à traiter est le risque terroriste."

Des effectifs renforcés

Néanmoins, les effectifs de sécurité ont été augmentés. Ainsi, ce seront 30% de personnel supplémentaire qu’affectera l’UEFA par rapport aux normes en vigueur habituellement pour protéger les stades et les camps de base des équipes. Quelques 900 agents de sécurité privés seront déployés en moyenne sur chaque match et jusqu'à 1200 au Stade de France en raison de sa taille. Cinq matches de la première phase ont été déclarés à risque et au total, près de 10.000 personnes seront mobilisées sur l'ensemble des opérations de sécurité dévolues à l'UEFA. En ce qui concerne les stades à proprement parler, l’organisation a décidé d’installer un double périmètre de sécurité autour de ceux-ci, contre en temps normal. A ce dispositif, l'Etat a apporté sa contribution avec la mise à disposition d'effectifs du Raid et du GIGN près des camps des équipes.

La question des fans zones​

Suite aux terribles attentats du 13 novembre qui avaient fait 130 morts à Saint-Denis et à Paris, les fans zones avaient été, un temps, remises en question. Sous l’impulsion d’Alain Juppé, maire de Bordeaux et président du club des villes, les villes hôtes de l'Euro ont toutes confirmé l'organisation d'une fans zone sur leur sol. Les fans zones sont des périmètres que l'UEFA recommande d'installer au coeur des villes pour accueillir les supporteurs dans une ambiance festive: retransmission des matches sur écran géant, animations, concerts... Certaines ont vu leur emplacement d'origine modifié comme à Toulouse qui a abandonné l'idée d'installer la sienne place du Capitole pour des raisons de sécurité. "Les mesures de sécurité qui seront déployées autour des fans zones sont en fait assez proches de celles mises en oeuvre autour des stades", a commenté Jacques Lambert, sachant que la sécurisation de ces espaces est du ressort des villes.

Christophe Gaudot @ChrisGaudot

Euro