France - Autriche: pour ouvrir la porte des quarts de finale de l'Euro

France - Autriche: pour ouvrir la porte des quarts de finale de l'Euro

Publié le , modifié le

Soulagée d'avoir réussi son entrée en lice face à l'Islande (1-0), l'équipe de France féminine a l'occasion de prendre une sérieuse option pour les quarts de finale de l'Euro-2017 dès son 2e match face à l'Autriche, samedi à Utrecht (20h45, en direct sur France 2 et francetvsport.fr), tout en se rassurant dans le jeu. Face à l'Autriche, 24e nation mondiale qui a réussi à l'emporter à la surprise générale contre la Suisse (1-0) malgré son classement Fifa nettement inférieur, les Bleues joueront également la tête du groupe C.

"On sait que (l'Autriche) est une équipe athlétique. Au-delà, je pense que, techniquement, c'est un cran au-dessus de l'Islande", a-t-elle ajouté jeudi. "C'est une équipe capable aussi de mettre de la vitesse. Il va falloir en tenir en compte parce que (l'Autriche) est capable de s'adapter à son adversaire. A partir de là, à nous aussi de mettre en place notre style, notre jeu", a renchéri le sélectionneur Olivier Echouafni, lors de la conférence de presse d'avant-match.

C'est justement dans ce domaine que les coéquipières d'Eugénie Le Sommer, auteure du but libérateur contre la formation scandinave à la 86e minute sur penalty, devront progresser pour éviter de nouvelles sueurs froides. "C'est vrai que l'Islande nous a posé des problèmes mais on a raté des choses qu'habituellement on ne rate pas forcément", admet la milieu de terrain Elise Bussaglia. "La justesse technique, c'est la première chose à corriger parce qu'on a perdu trop de ballons, ce qui nous a empêché de construire nos actions". Contre l'Autriche, il faudra également "plus de mobilité, et puis jouer davantage dans nos couloirs avec l'apport de nos latérales. C'est important pour déstabiliser les blocs qui défendent bien, de façon agressive, et regroupée", ajoute-t-elle.

Remettre le jeu tricolore en place

Sur le côté gauche, Olivier Echouafni devrait être privé de Clarisse Le Bihan, victime d'une entorse à la cheville contre l'Islande, tandis que Sakina Karchaoui, titularisée d'entrée alors qu'elle revenait de blessure, pourrait être préservée. Eve Périsset tient la corde pour la remplacer. Concernant la capitaine Wendie Renard, victime d'un coup au dos, il ne devrait "pas y avoir de soucis" pour qu'elle tienne sa place en défense centrale, a indiqué le sélectionneur des Bleues.

Réputée pour son jeu "technique", l'équipe de France a trop souvent cherché à lutter dans les duels physiques avec les Islandaises, même si la seconde période a donné lieu à plus de mouvements et d'occasions. "Dès l'instant où l'on pose notre ballon et on joue notre jeu, on montre une autre image de la France, une image que les gens aiment voir et qui nous permet de gagner. A nous donc de reproduire cette 2e période, en l'améliorant bien sûr", espère Houara d'Hommeaux. "Il n'y a pas tout à révolutionner. Il faut juste être un peu plus précises techniquement. Les occasions, on se les crée comme à chaque match", ajoute-t-elle en citant les 17 tirs réalisés pour seulement 5 cadrés. Le manque d'efficacité, encore et toujours. "Avoir les cartes en main, c'est ça avant tout le premier objectif", a prévenu Olivier Echouafni.

AFP