Le sabreur Vincent Anstett
Sur le podium, le sabreur français Vincent Anstett | AFP - SPUTNIK - VLADMIR ASTAPKOVICH

Vincent Anstett en argent à l'Euro

Publié le , modifié le

Le sabreur Vincent Anstett a remporté sa première médaille individuelle dans un grand championnat, en décrochant à Torun (Pologne) l'argent européen, lui ouvrant d'excellentes perspectives pour l'échéance olympique à Rio dans un mois et demi (5-21 août).

"C'est ma première médaille européenne en individuel. Je courais beaucoup après, je suis très fier", s'est réjoui le Français après la compétition. Anstett avait arraché sa place dans l'avion pour le Brésil sur la dernière épreuve qualificative, en mars à Séoul, après une année solide mais sans podium. Depuis, il a enchaîné sa première victoire en Coupe du monde à Madrid mi-mai, un autre podium sur un Grand Prix à Moscou (3e place) fin mai, et désormais une première médaille en solo en grands championnats, comme si sa qualification carioca avait fait sauter un verrou mental qui l'empêchait d'atteindre les sommets.

Mercredi, il s'est montré intraitable en demi-finale contre le champion du monde en titre et sérieux prétendant au titre olympique, le Russe Aleksey Yakimenko, 15 touches à 13. Deux touches d'avance pour se hisser en finale, et deux touches de retard pour terminer contre l'Allemand Benedikt Wagner, rageant mais largement suffisant au bonheur de cet Alsacien de 34 ans, mordu de football et fan de toujours du Racing Club de Strasbourg. Auparavant, il avait éliminé Nicolas Rousset en quarts de finale, alors que Rousset a raté la qualification pour Rio sur cette fameuse dernière épreuve sélective à Séoul.

La Fédération avait fixé à cinq médailles dont deux titres l'objectif pour les Championnats d'Europe, dernière préparation avant le décollage pour Rio. Anstett apporte à la France sa cinquième médaille de la compétition, une breloque qui vient s'ajouter à l'or de Yannick Borel et au bronze de Jean-Michel Lucenay à l'épée, à l'argent de Erwann Le Pechoux au fleuret et au bronze de Charlotte Lembach au sabre. Un bon bilan, auquel on peut rajouter la 5e place de la fleurettiste Ysaora Thibus, battue en quarts de finale mardi par l'Italienne Arianna Errigo, N.1 mondiale et lauréate du titre à Torun. Seule ombre au tableau, le parcours des épéistes françaises mercredi, aucune ne passant les 8e de finale.

AFP