Hugues Obry
L'entraîneur français Huges Obry, célébré par ses épéistes Robeiri, Grumier, Jerent, et Gustin, sacrés champions d'Europe par équipe en juin dernier. | MAXPPP- Laurent Gilieron

Obry s'arrêtera après les Jeux de Rio

Publié le , modifié le

L'entraîneur de l'équipe de France masculine d'épée Hugues Obry, qui avait été nommé après les jeux Olympiques de Londres à l'automne 2012, a décidé de mettre fin à sa fonction après les JO-2016 de Rio. Il estime ne pas avoir suffisamment de soutien dans sa mission de la part de la Fédération française d'escrime.

"Ça va me faire quelque chose de quitter mes athlètes, parce que c'est quelque chose que j'ai façonné. Ça va être dur de se dire que ça va se finir mais c'est mon choix", a expliqué Obry, une décision qui n'est en rien liée à l'élimination prématurée en quarts de finale des Mondiaux-2015 à Moscou. Depuis 2012, Obry a relancé l'équipe de France masculine d'épée, avec deux titres mondiaux (Ulrich Robeiri en individuel et l'or par équipes en 2014) une d'argent (Gauthier Grumier à Moscou en individuel) et deux de bronze (Grumier en individuel l'an passé et par équipes en 2013). Cette saison a été marquées par six victoires en Coupe du monde ou en Grand  Prix avec six escrimeurs différents, le doublé aux Championnats d'Europe avec Grumier et l'équipe en or. Seule déception, l'épreuve par équipes à Moscou.

"Des bâtons dans les roues"

"Les résultats sont magnifiques. Pour beaucoup de gens, je devrais être  l'entraîneur le plus heureux du monde...et bien non, ce n'est pas le cas",  a-t-il regretté, dénonçant le fait que, à la fédération, beaucoup trop de gens lui mettent des "bâtons dans les roues". Notamment dans l'organisation qu'il a choisie et dans son fonctionnement, regrettant que, du côté fédéral, "on n'a pas d'argent, on ne veut pas faire bouger le système, mais on veut quand même des résultats". Il met en cause les critiques émanant de la fédération et le manque de moyens qui lui sont donnés. "Je suis un professionnel, un franc-tireur et une grand gueule aussi. Mais c'est justement pour ça qu'on m'a choisi et placé à la tête de cette équipe" se défend Obry qui se demande alors pourquoi on l'empêche de travailler comme il le souhaite. "Je comprends mieux le positionnement et le départ à l'étranger de certains grands entraîneurs français, Christian Bauer, Daniel Levavasseur, je suis loin d'être à leur niveau, mais quand on commence à faire des choses, on dérange",  a-t-il ajouté.   

Hugues Obry a donc pris sa décision. L'ancien champion du monde et vice-champion olympique va déposer les armes, en attendant un nouveau projet. Mais avant, il ira à Rio avec ses épéistes, avec de vrais objectifs: "je sais ce que je veux, c'est deux médailles d'or à Rio avec la France". 

Christian Grégoire