Xu Anqi
La Chinoise Xu Anqi | AFP - MANAN VATSYAYANA

Les Ukrainiens et les Chinoises champions du monde à l'épée

Publié le , modifié le

L'Ukraine a remporté son premier titre par équipes à l'épée chez les messieurs, en battant en finale la Corée du Sud 34 touches à 24, lors des championnats du monde d'escrime. La médaille de bronze est revenue à la Suisse, vainqueur de l'Italie dans la petite finale, dans une épreuve marquée par la sortie de la France, par l'Italie en quarts, alors que les Bleus étaient tenants du titre et champions d'Europe. Chez les dames, la Chine entraînée par le maître d'armes français Daniel Levavasseur, a décroché le deuxième titre de son histoire, en battant la Roumanie en finale 45-36. L'Ukraine a pris le bronze en s'imposant contre la France 44-42.

L'Ukraine décroche au total son troisième titre mondial par équipes en  escrime, après les deux médailles d'or des sabreuses en 2013 à Budapest et en  2009 à Antalya. Dans une finale marquée par la passivité souhaitée par les Ukrainiens,  théoriquement plus faibles que les Sud-Coréens, seules onze touches avaient été  marquées après les sept premiers relais: 7-4 pour l'Ukraine. Maksym Khvorost a alors fait fructifier l'avance à quatre touches (11-7)  avant le dernier relais que le meilleur Ukrainien, Bodgan Nikishin, seulement  20e mondial, a conservé au bout des trois dernières minutes d'assaut qui ont  été bien plus rythmées que les 21 minutes précédentes.

Dans le camp français, on faisait grise mine. "On a loupé trois relais sur ces Championnats du monde. Il faut encore  bosser", a commenté l'entraîneur national Hugues Obry, forcément déçu de ne ramener de Moscou "que" l'argent de l'individuel avec Gauthier Grumier. En quarts face aux rivaux italiens du N.3 mondial Enrico Garozzo, la France  emmenée par Grumier n'a pas su trouver la parade pour battre une équipe dominée  (45-38) à Paris en Coupe du monde début mai. "Dani (Daniel Jérent) prend trois touches d'avance" lors de l'avant-dernier  relais, "il ne doit pas se faire rejoindre", a regretté le Directeur technique  national, Christian Peeters. Pour le dernier relais, Grumier hérite donc d'une rencontre à égalité  contre Garozzo, qui termine la partie avec deux touches de moins. La gifle est  pour le moins forte. "Quand on est tout en haut, le plus dur c'est d'y rester. Redescendre pour  remonter, c'est peut-être pas plus mal", a expliqué Obry. A Kazan l'an passé,  les escrimeurs avaient ramené l'or individuel (Ulrich Robeiri), le bronze  individuel (Grumier) et l'or par équipes.

Les filles entraînées par le maître d'armes français Daniel Levavasseur  décrochent leur deuxième titre collectif à l'épée après celui de 2006 remporté  à Turin. Pour se hisser en finale, la Chine avait battu la France alors que la  Roumanie s'étaient débarrassée de l'Ukraine. Dans une finale qui rassemblait les deux meilleures équipes du moment dans  cette arme, la Chine a pris le meilleur départ, s'échappant de quatre touches  grâce aux relais de Xu Anqi et de Sun Yiwen, une avance qu'elles ont ensuite su  gérer dans une rencontre très tactique. La N.7 mondiale Sun Yujie a terminé le travail, face à Ana Maria Branza, 4e  mondiale, en bouclant le dernier relais sur une touche à la main.

AFP