Ulrich Robeiri
Ulrich Robeiri en lutte avec le Coréen Park | AFP - VASILY MAXIMOV

Les Français champions du monde par équipes à l'épée

Publié le , modifié le

Malmenée en début de combat, l'équipe de France masculine a su refaire son retard pour devenir championne du monde à l'épée par équipes en battant la Corée du Sud (45-39). Champion du monde en individuel, Ulrich Robeiri, auteur d'un (3-0), a remis la France à flot en la ramenant à (12-13) avant que Gauthier Grumier ne replace les Bleus devant (15-14). Avec Jean-Michel Lucenay, auteur d'un (10-6), la France s'est envolée vers une troisième médaille d'or dans ces Mondiaux à Kazan, une 7e breloque au total. Championne du monde en 2009, 2010, 2011, l'épée française retrouve le sommet du monde par équipes.

Voilà une deuxième médaille d'or pour Ulrich Robeiri. Sacré en individuel voici deux jours contre le Coréen Kyoung-doo Park, l'épéiste tricolore a conquis la même position sur le podium en équipes avec Gauthier Grumier et Jean-Michel Lucenay. C'est un retour au plus haut pour l'épée tricolore par équipes, qui était restée sur le podium ces deux dernières années (2e en 2012, 3e en 2013) mais n'avait pas pu prolonger la domination passée (en or en 2009, 2010, 2011). 

A Kazan, les Français ont remis les pendules à l'heure. En finale, les Sud-Coréens leur faisaient face, et les malmenaient au début. Mais Ulrich Robeiri infligeait un (3-0) à Kyoung-doo Park, son rival en finale en individuel. Cela redonnait l'espoir aux Français puisqu'ils revenaient à une touche (12-13), avant que Gauthier Grumier ne prenne la suite pour infliger lui-aussi un (3-0), pour finalement céder une touche dans ce combat si serré (15-14). La différence, c'est Jean-Michel Lucenay qui la faisait face à Jinsun Jong. En s'imposant (10-6) dans ce duel, le natif de Fort-de-France place la France sur l'autoroute (25-20). Et les Sud-Coréens ne parviendront jamais à recoller. 

Les Français avaient pris leur revanche au tour précédent sur les Suisses, qui les avaient éliminés à l'Euro-2013, et les voilà de nouveau sur le toit du monde. Avec 7 médailles dont 3 d'or', et deux ans après le zéro pointé des Jeux Olympiques de Londres, l'escrime tricolore retrouve de bien belles couleurs à Kazan. L'objectif de départ était 4 médailles, dont une d'or... "Depuis notre arrivée, nous avons fait une chose très simple: nous avons  rétabli un dialogue qui s'était détérioré. Maintenant, les entraîneurs, les  athlètes, tous se disent les choses, et clairement. Nous avons établi un autre  état d'esprit dans le relationnel", explique Christian Peeters, directeur technique national depuis mai 2013.

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze