Sintes Mondiaux touché 112010
Victor Sintès touché par l'Allemand Joppich en quarts de finale des Mondiaux 2010 | DR

Du bronze pour se rassurer

Publié le , modifié le

La France a enfin ouvert son compteur de médailles aux Mondiaux d'escrime à Catane, avec le bronze remporté par Victor Sintes jeudi au fleuret messieurs. Dans la journée, à l'épée, Maureen Nisima, a rapidement perdu tout espoir de conserver son titre de championne du monde, éliminée dès son entrée, en 32e de finale par l'Estonienne Julia Zuikova. Idem pour Laura Flessel Colovic, sortie prématurément.

Il s'agit du seul podium individuel en Sicile pour les Tricolores, avant les compétitions par équipes qui commenceront vendredi. Cette médaille fait du bien au clan tricolore mais ne le rassure pas tout à fait. Déjà l'an passé, l'escrime française qui organisait pourtant les Mondiaux à domicile (au Grand Palais), avait connu toutes les peines du monde à rester sur le haut du pavé. Cette fois, la délégation tricolore commence à faire la grimace.

L'épée tricolore baisse les bras

Et tout a débuté avec la grosse déception venue du vice-champion du monde, Gauthier Grumier, mercredi. Le N.1 mondial a été battu dès les 16e de finale par le Kazakh Elmir Alimzhanov (14-15). Lui qui visait la plus haute marche du podium est rapidement redescendu sur terre, et c'est tout le camp bleu blanc rouge qui a ressenti l'onde de choc. Jean-Michel Lucenay, en bronze à Paris, n'a pu franchir qu'un tour de plus, ce qui n'a pas mis vraiment en confiance les Françaises.

Comme pour les messieurs, c'est le pire scénario qui s'est déroulé. Maureen Nisima, celle qui avait fait vibrer tout le public parisien l'an passé, est rapidement tombée. La championne en titre a été éliminée par l'Estonienne Julia Zuikova (15-12). Et alors qu'il restait encore un espoir avec Laura Flessel-Colovic, la "Guêpe" a été à son tour sortie, une heure plus tard. A presque 40 ans, la double championne olympique en 1996 à Atlanta a été surprise par l'Américaine Maya Lawrence (15-14). Le constat d'échec est d'autant plus amer, que Lawrence est désormais entraînée par Daniel Levavasseur, qui fut le coach de la Guadeloupéenne pendant 11 ans... La DTN devra sans doute tenir compte de ce mauvais coup du sort.

Sintes sauve l'honneur

Et si l'épée n'est pas au meilleur de sa forme, le fleuret, n'a pas abordé non plus ce rendez-vous de la meilleure des manières. Issu des qualifications, Brice Guyart n'est pas resté longtemps en course. Le double champion olympique (par équipes en 2000, individuel en 2004) de la spécialité a été éliminé dès les 32e de finale par le Russe Alexey Cheremisinov 15 touches à 6, jeudi à Catane. Guyart a encore du mal à retrouver le niveau qui était le sien après avoir été opéré des deux genoux. Le Francilien n'a retrouvé la compétition qu'en début d'année après plus d'un an sans compétition. Et comme si cela ne suffisait pas, alors qu'il s'était fait une spécialité du coup lancé dans le dos, ce coup a tout simplement été interdit par la Fédération internationale... Après les sorties de route de Brice Guyart, Marcel Marcilloux, tous deux en 32e de finale, et Erwann Le Pechoux, en 8e de finale, finalement c'est donc sur Victor Sintes que se sont reportées les chances françaises. Après un bon tableau, et l'élimination successive des Américains Gerek Meinhardt et Race Imboden, le Français s'est incliné en demi-finale face à l'Italien Andrea Cassarà 15 touches à 5.

C'était sans doute celui que l'on attendait le moins à ce niveau. Pourtant, à 31 ans, le Francilien, qui ne comptait à son palmarès qu'un titre mondial par équipe en 2005 et un titre de vice-champion d'Europe, toujours par équipe, en 2002, a remis l'équipe de France sur les rails.