Perrus sabre joie Paris 112010
Léonore Perrus serre le poing lors de la finale par équipes du sabre | AFP - LOIC VENANCE

Perrus: "Nous avons été des guerrières"

Publié le , modifié le

Les sabreuses tricolores Carole Vergne, Solenne Mary, Léonore Perrus et Cécilia Berder apportent à l'équipe de France sa quatrième médaille au Grand Palais. La blonde de 26 ans, Léonore Perrus, revient sur cette performance et souligne la belle "cohésion" qu'il existe dans le groupe.

Cela fait du bien d’avoir une médaille à Paris ?
"C’est à la fois une grande joie et un grand soulagement. On aurait été hyper frustrées de ne rien faire ici au Grand Palais. On en a tellement rêvé et je pense que nous avons bien su nous remettre dedans après un individuel qui a été décevant. Nous avons été des guerrières tout au long de la journée, cela n’a pas été toujours de l’escrime très propre, mais cela été de l’escrime efficace. Nous avons été volontaires, engagées et c’est grâce à cela que nous avons réussis à nous imposer. Nous sommes très contentes de cette performance face à des Américaines, pas toujours faciles à manœuvrer".

Cette médaille vient-elle effacer la déception individuelle ?
"On garde toutes notre déception et notre frustration qui est propre à chacune. Mais cette médaille vient adoucir cet échec et montre le vrai niveau que l’on possède. Il faut juste à présent que l’on fasse nos preuves individuellement dans les grands championnats".

On vous a vu très solidaires et motivées tout au long de la journée. Vous semblez toutes proches. Non ?
"Cela fait depuis plusieurs années que nous travaillons ensembles dans cette discipline du sabre féminin. Nous discutons beaucoup et nous avons beaucoup échangés ces derniers temps. On a toujours tenté d’être solidaires et de travailler au maximum dans la sérénité. On est vraiment contentes d’obtenir ce résultat. Globalement notre cohésion a été satisfaisante".

Justement, Vous avez des regrets après votre match contre l’Ukraine ?
"Des regrets… oui mais pas énormes. C’est une équipe très, très forte…Je pense que nous étions capables de les battre. Après il faut que nous apprenions à gérer les petits moments de faiblesse. Là, en demi-finale, nous avons eu un coup de moins bien et nous avons voulu nous précipiter pour revenir au score, nous nous sommes emballés et cela nous a coûté cher. Mais, bon c’est déjà un très bon résultat".

Gilles Gaillard

Championnats du Monde d'Escrime