grumier lucenay duel épée 112010
Lucenay et Grumier (à droite) à la lutte | DR

Grumier argenté

Publié le , modifié le

Sur quatre Français engagés, deux ont atteint les demi-finales. La grosse déception de Jérôme Jeannet éliminé dès le premier tour, et celle d'Ulrich Robeiri, sorti également dès son entrée en lice, ont été atténuées par les deux médailles assurées par Jean-Michel Lucenay et Gauthier Grumier. Et dans cette demi-finale 100% française, Grumier a pris le dessus 15-12. En finale en revanche, Grumier s'est incliné 15-8 face à l'Estonien Novosjolov.

Après Maureen Nisima, c'était au tour de Gautier Grumier d'assurer une deuxième médaille pour la France, à la faveur d'une qualification en demi-finale, synonyme au moins du bronze. Le Grand Palais n'est finalement pas si maudit pour les Français qui ne repartiront pas bredouilles du rendez-vous parisien. Et surtout, les spectateursparisiens pourront assister à un duel 100% français dans le dernier carré, suite à la qualification de Jean-Michel Lucenay. Tout premier Français à concourir ce lundi, Lucenay avait montré la voie à ses coéquipiers épéistes en dominant l'Autrichien Jorg Mathe 15-13 au premier tour. Il avait alors franchi les huitièmes de finale en sortant le Kazake Elmir Alimzhanov, 15-8. En quart, Lucenay a eu du mal à se sortir des griffes de l'Allemand Martin Schmitt (15-14).

Il a été imité par Gauthier Grumier, qui avait dominé au premier tour l'Ouzbek Ruslan Kudayev 15-9, puis le Chinois Li Guojie sur le même score. En quart de finale, Grumier a eu raison de l'Américain Weston Kelsey 15-9. "C'est super pour nous, deux médailles !", lançait Grumier. "Je voulais crever sur la piste, je me suis défoncé et ce n'est que du bonheur. Maintenant à moi de me reconcentrer. On n'est pas venu pour du bronze, mais pour l'or. Je pense à tous les gars restés chez eux, à ceux de l'Insep, les maîtres d'armes, les entraîneurs nationaux, les entraîneurs de clubs... C'est du travail qui paye. Cela montre qu'il y a une super formation. La clé pour la demi-finale c'est de ne pas craquer, ne pas dévier de son jeu. J'ai été moins mordant, moins expansif contre Kelsey, mais j'ai fait un gros score encore, c'est super !", ajoutait encore Grumier.

Une fois qualifiés pour les demies, les deux Français ont célébré leur qualification devant un public conquis. Tous deux doubles champions du monde par équipes, Lucenay et Grumier obtiennent leur toute première médaille en individuel dans cette compétition. A 32 ans, Lucenay, champion d'Europe en juillet à Leipzig, pouvait difficilement cacher son émotion après ce quart. "C'est une bonne journée pour nous, mais maintenant il va falloir la jouer chacun de son côté parce qu'il y a la médaille d'or au bout", a rappelé Lucenay. "Rien n'est facile, je savais que Schmitt avait son schéma, mais j'ai été solide, rigoureux, je n'ai pas paniqué. C'est super, je n'ai jamais obtenu un tel résultat. La demi-finale contre Gauthier, on va la jouer chacun de notre côté. L'objectif c'est l'or !", a encore prévenu Lucenay. L'autre demi-finale mettra aux prises l'Estonien Nikolai Novosjolov au Hongrois Gabor Boczko.

Et dans leur duel fratricide, c'est Grumier qui a rapidement pris les devants. Devant un public parisien très silencieux, ne voulant probablement pas prendre partie, et un staff tricolore tout aussi impassible, le natif de Nevers a pris le large pour s'imposer 15-12. En finale, il a dû baissé les armes face à l'intenable Estonien Nikolai Novosjolov. Rapidement mené 5-2, l'un des très grands espoirs de médailles pour les prochains JO de Londres a laissé filer le sacre mondial en s'inclinant 15-8. Médaillé de bronze aux Championnats d'Europe 2009, l'athlète de 26 ans monte clairement en puissance.

Romain Bonte

Championnats du Monde d'Escrime