Astrid Guyart Fleuret prétexte Mondiaux 2009
Astrid Guyart au fleuret | AFP - DIMITAR DILKOFF

Astrid Guyart, au nom du fleuret français

Publié le , modifié le

Dans la famille Guyart, je voudrai Astrid. Petite soeur du champion olympique Brice Guyart, cet ingénieur sur la fusée Ariane 6 rêve d'entrée en orbite au sommet de la planète fleuret. "Libérée" et "prête à donner le meilleur à Paris", elle ne manque pas d'ambition. Pour elle et pour son arme. En berne depuis la fin des années 80, le fleuret rêve d'un nouvel âge d'or. "Depuis junior, j'entends parler des années noires de notre fleuret féminin."

"Cette spirale a certainement été un frein dans mon évolution même si j'ai encore du mal à vraiment évaluer comment". En effet il est loin le temps de Pascale Trinquet, championne olympique en 1980, de Brigitte Latrille ou, plus récemment, Laurence Modaine, la dernière grande de la lignée. Mais depuis la quatrième place de cette dernière aux Jeux d'Atlanta en 1996, il peine à faire mouche. Au fleuret depuis l'âge de cinq ans, Astrid Guyart en ferait une parfaite ambassadrice. A Paris, pour les Mondiaux 2010, elle arrive au sommet de son art.

"Parfois, en plein assaut, j'ai littéralement l'impression de vivre mes phases de jeu au ralenti comme si j'étais en suspension tout en réussissant, malgré tout, à accélérer, explique-t-elle. Ainsi, dans la même seconde, je suis, à la fois, actrice et spectatrice, s'étonne la championne de France en titre. Cette sensation proche de l'état second est étrange et jouissive". Touchée à la hanche droite en avril 2007, la fleurettiste n'a pas baissé la garde. Elle a simplement adapté son style pour en faire une nouvelle force. "Pour préserver ma jambe avant et ne pas me retrouver à ne pas pouvoir marcher à 40 ans, j'ai été obligée d'adopter de petites fentes au lieu de grandes. J'ai pris du recul et j'ai réussi à transformer cette contrainte en source de libération dans mon jeu pour, finalement, avoir, aujourd'hui, une escrime épanouie, libérée et libre". Et peut-être bientôt en or.

avec Reuters

Championnats du Monde d'Escrime