Sara Errani
L'Italienne Sara Errani | AFP - THOMAS COEX

Errani se qualifie pour les demi-finales de Roland-Garros

Publié le , modifié le

Avec son petit gabarit et sa belle science du jeu sur terre-battue, Sara Errani (N.5) s'est qualifiée pour la deuxième année consécutive pour les demi-finales de Roland-Garros. Alors qu'elle n'avait battu Agnieszka Radwanska (N.4) qu'une fois en sept matches, l'Italienne l'a emporté 6-4, 7-6 (8/6) au terme d'un match acharné et spectaculaire de 1h51. Pour revoir la finale, elle devra dominer une ancienne tenante du titre, Serena Williams (N.1).

Sara Errani rend huit centimètres à Agnieszka Radwanska. Mais sur le court Philippe-Chatrier, cela s'est révélé être une force, plus qu'un handicap. Bien campée sur ses jambes, se déplaçant très bien, elle a su imprimer son rythme au match, empêchant longtemps la Polonaise de trouver la bonne distance et de profiter de ses coups très tendus. Le vent, assez fort, n'a pas aidé la 4e mondiale, visiblement gênée dans ses placements ce qui l'a conduite à commettre de nombreuses fautes, notamment sur ses coups droits frappés à hauteur d'épaule. Ainsi, pendant plus de 1h de jeu, Radwanska n'a fait que subir, ne tentant pas grand-chose. Puis, elle s'est retrouvée, et entre amorties, accélérations, lobs et belles volées, les deux femmes ont livré une fin de match très spectaculaire.

Le match débutait vraiment au troisième jeu. Sur un jeu blanc, Sara Errani s'emparait du service adverse (2-1). Mais Agnieszka Radwanska lui répondait dans les mêmes termes (2-2). Très entreprenante, avec ses balles bien bombées et bondissantes sur cette terre-battue, l'Italienne restait au contact en sauvant, dans un sixième jeu interminable, la bagatelle de quatre balles de break (3-3). Et comme souvent, après être passée tout près de la sortie de route, c'est elle qui faisait la différence au jeu suivant, en profitant d'une grossière erreur en coup droit de la Polonaise (4-3). Jouant en rythme, distillant quelques belles amorties, n'hésitant pas à venir au filet où ses qualités de joueuse de double font merveille, la tête de série N.5 maintenait le cap et finissait par rafler la mise dans cette première manche (6-4) après 44 minutes de jeu. Avec deux breaks réalisés sur deux occasions, alors que Radwanska a bénéficié de six balles de break et n'en a concrétisé qu'une, Errani avait fait preuve de réalisme.

Echange interminable de breaks

Au deuxième set, cela changeait. Elle avait pourtant réalisé l'entame parfaite, en breakant d'entré sur une double-faute. Mais en laissant passer cinq occasions de confirmer ce break, Sara Errani a remis sa rivale dans le coup, en perdant à son tour son engagement après un jeu long de dix minutes (1-1). La Polonaise poursuivait sur son chemin en refaisant le break ensuite (3-1), pour céder à son tour son service (3-2). Son jeu se détraquait, elle plongeait dans les erreurs successives, cédait encore son engagement (4-3) mais égalisait aussitôt (4-4). Ce deuxième set penchait d'un côté puis de l'autre, changeant de camp en fonction des velléités de Radwanska, pas toujours constante dans sa tactique. Et sur une tentative de coup droit frappé du fond du court à hauteur d'épaule, la balle lui échappait, sortait, offrant le break à son adversaire (5-4). L'affaire semblait entendue, mais dos au mur, la tête de série N.4 se décidait à entrer dans le terrain, à frapper plus fort, à entreprendre. Et ce n'est pas un hasard si elle faisait le break, au filet, sur un smash et un jeu blanc (5-5).

Tout était à refaire pour l'Italienne. Et c'est au jeu décisif que la décision se faisait. C'est là que la partie basculait définitivement. Après une première balle de match écartée par Radwanska au terme d'un échange long et intense, la Polonaise finissait par craquer en envoyant un revers dans le couloir. Après 1h51 de match, Sara Errani retrouvait, comme l'an dernier, les demi-finales. Elle mettait par la même occasion fin à cinq défaites de rang contre cette adversaire depuis 2006. Pour sa première présence en quarts de finale à Roland-Garros, Agnieszka Radwanska s'arrête au stade des quarts de finale. Logiquement. "Compte tenu des conditions, lorsqu'on avait le vent contre soi, le service n'était pas une arme", constatait la Polonaise à l'issue de la rencontre. "Il fallait notamment faire preuve d'agressivité sur le retour pour faire des breaks.

Vidéo : la fin du match 

Voir la video

Vidéo : la réaction de l'italienne après sa victoire

Voir la video