Sara Errani
L'Italienne Sara Errani | AFP - KENZO TRIBOUILLARD

Errani échappe à la sortie de route

Publié le , modifié le

Victime d'un spasme à la fin du premier set, Sara Errani (N.5) est passé à deux doigts de l'élimination en 8e de finale de Roland-Garros. La finaliste de la dernière édition était en effet menée 4-2 dans le 2e set par Carla Suarez Navarro (N.20), mais elle a su renverser la vapeur pour s'imposer 5-7, 6-4, 6-3 après 2h30 de match. L'Italienne est donc qualifiée pour les 8e de finale, où elle jouera soit Rdwanska (N.4) soit Ivanovic (N.14).

Elle s'est écroulée sur le sol. A la fin du premier set, Sara Errani a connu des spasmes au niveau du ventre, la contraignant à subir des soins et un massage, après avoir passé du temps allongée. Cela a bien failli être le tournant du match, le moment où tous ses espoirs s'envolaient. De retour sur cette terre-battue qui l'avait mise en pleine lumière l'an dernier, grâce à sa présence en finale, l'Italienne a bien cru qu'elle ne verrait pas la deuxième semaine.

Engagée dans un match au couteau avec Carla Suarez Navarro, elle a frôlé l'élimination. Car après avoir concédé la première manche 7-5, et malgré un bon début de 2e set (2-0), elle avait encaissé quatre jeux de suite pour se retrouver menée et au bord du gouffre. Mais au courage, comme à son habitude, avec sa science du jeu, la tête de série N.5 est revenue pour engranger à son tour quatre jeux consécutifs et s'offrir une 3e manche.

Face à cette Espagnole qui l'avait éliminée dès le 1er tour à l'Open d'Australie en début d'année, mais qu'elle avait battue à Coubertin puis à Acapulco ensuite, la Transalpine a rapidement pris les choses en main pour mener 5-1, et s'offrir même une balle de match sur son service. Mais elle ne la transforrmait pas, d'un vilain revers dans le bas du filet, et l'Ibère gardait espoir en revenant (5-3). Dans ce match tactiques entre deux "petits formats" du circuit (1.62m pour l'Espagnole, 1.64m pour l'Italienne), le dernier mot revenait à Sara Errani sur une belle amortie, lors de sa seconde balle de match.

Cinq ans après sa qualification surprise pour les quarts de finale ici-même, Carla Suarez Navarro s'arrête en 8e de finale, un niveau qu'elle n'avait plus connu en Grand Chelem depuis l'US Open 2011.