Les chevaux prendront le train pour Londres

Les chevaux prendront le train pour Londres

Publié le , modifié le

Fini les galères dans les transports ! À l'approche des J.O de Londres, l'opérateur trans-Manche, Eurotunnel, s'est allié avec quatre firmes spécialisées dans le convoi des chevaux. Les cavaliers internationaux ont désormais la possibilité d'acheminer rapidement et sans encombre leurs montures. Un "nouveau" mode de transport d'ores et déjà adopté par l'équipe de France d'équitation. Découverte.

Une stratégie réfléchie

C'est une petite révolution dans le monde du transit d'équidés ! La firme Eurotunnel, qui transporte voitures et passagers sur les 55 km du tunnel entre Calais et Folkestone depuis 1994, s'est associé avec quatre firmes spécialisées dans le déplacement de chevaux pour assurer un service plus rapide et plus agréable. Objectif : permettre aux montures internationales d'arriver en forme pour le lancement des J.O dans la capitale britannique. "Nous avons pris conscience il y a quelques années qu'une occasion allait clairement se présenter pour ce qui est des transports liés aux Jeux Olympiques", a confié le directeur commercial de l'entreprise trans-Manche, Jo Willacy.

Des conditions idéales de transport

Le transport des chevaux fait l'objet d'une attention toute particulière. S'il est confiné dans un espace réduit, le cheval peut en effet connaitre des difficultés respiratoires. Il peut également éprouver des difficultés à baisser la tête, l'empêchant ainsi de se dégager les bronches et la gorge. Autre contrainte de taille : l'équidé doit se nourrir la tête levée, lui qui est habitué à paître tranquillement dans les prés. Pour répondre à toutes ces obligations, et si possible d'en ressentir moins les effets, le van qui transporte l'animal doit être spécialement équipé : être sans promiscuité avec les autres "wagons" et posséder une climatisation dès que le véhicule est à l'arrêt.

Un acheminement méticuleux

Car contrairement au transfert aérien -durant lequel le pilote est prié de conduire l'appareil sans à-coups sur le tarmac avant de décoller très progressivement afin d'éviter que le cheval ne perde l'équilibre- ou au trajet maritime -qui peut s’avérer délicat en raison de la durée de la traversée (ndlr : quatre-vingt-dix minutes habituellement) et des conditions climatiques- le service proposé par l'opérateur trans-Manche permet de réduire le transit à trente-cinq minutes seulement. Autre atout de poids : la présence du lad est autorisée dans les parties initialement réservées aux équidés, et ce "pendant toute la durée du voyage, au cas où il y aurait des problèmes", selon John Parker, propriétaire d'une société britannique de transport équin qui prend en charge 5 000 chevaux par an.

Ces diverses raisons ont conduit l'équipe de France d'équitation a adopté la compagnie trans-Manche comme transporteur officiel pour les J.O de Londres. Dix chevaux y transiteront fin juillet, car "même si le trajet avec Eurotunnel est plus complexe en raison des spécifications exigées pour les vans, le voyage se fait sans encombre et on ne risque pas de voir les chevaux bloqués au port à cause du mauvais temps", a ajouté le DTN, Pascal Dubois. Voilà qui devrait rassurer les cavaliers tricolores.

Yohan Roblin @yohanroblin