Pascal Martinot-Lagarde
Pascal Martinot-Lagarde | ERIC LALMAND / BELGA MAG / BELGA/AFP

Epreuves et technique: les haies

Publié le , modifié le

Disciplines de sprint avec dix obstacles, lesquels sont disposés à intervalles réguliers, le 110 m haies (100 m chez les dames) et le 400 m haies, présentent une approche technique bien différentes des courses sur plat, même si le profil des athlètes se ressemble.

Le principe des courses de haies consiste à maintenir une vitesse maximale malgré la présence des obstacles qui gênent l'action de course. On parle de haies hautes pour les courtes distances et de haies basses pour le 400 m. Les coureurs ont d'abord une qualité: ils sont très rapides et pourraient rivaliser sur le plat. Mais en outre, ils doivent posséder davantage de tonicité, avoir le sens du rythme, être très réactifs et très dynamiques. En un mot: technique.

La recherche du rythme idéal s'acquiert d'entrée sur la portion de plat. L'attaque de la première haie est un moment clé de la course. Il faut tout de suite rechercher la fréquence et non l'amplitude, contrairement au 100 m.  Il faut attaquer de haut l'obstacle en prévoyant un passage rasant, en utilisant pour cela une vigoureuse projection de la jambe libre vers l'avant, légèrement fléchie, et dans le sens de la course. Le ramené de la jambe d'impulsion dot aussi être très vif pour favoriser un passage rapide de l'obstacle. Il est important d'avoir également une perception visuelle instinctive des obstacles sans les fixer. Sur 110 m et 100 m haies, un véritable tempo s'établit avec quatre foulées entre chaque haie, la dernière étant celle du franchissement.

Sur  400 m, il faut faire en sorte que le franchissement de l'obstacle (moins élevé qu'au 110 m haies) soit un acte naturel. Aller vite sur le plat. Vite entre les haies. Il faut pouvoir être dynamique dans les reprises après les obstacles et attaquer ceux-ci par le milieu. Là aussi, il convient de rechercher le rythme idéal en réglant le nombre de foulées. Il faut tenir le plus longtemps possible ce même rythme. Le plus délicat concerne le franchissement des dernières haies lorsque la fatigue apparaît. A ce moment, il faut augmenter la fréquence des foulées. Mais de façon générale, il est très important sur cette discipline de bien maîtriser sa technique de fin de course.     

Vidéo: la Française Billaud en série du 100 m haies

Christian Grégoire