Renaud Lavillenie
Le perchiste français Renaud Lavillenie | AFP - KIRILL KUDRYAVTSEV

Epreuves et technique: le saut à la perche

Publié le , modifié le

Indiscutablement, le saut à la perche constitue la plus acrobatique, et la plus spectaculaire de l'athlétisme, où il convient de maîtriser les réactions d'un engin en fibre de verre ou fibre de carbone ayant remplacé les perches en bambou puis en métal. Il faut à la fois de l'audace et le goût du risque pour envisager de s'élever à plus de 5 mètres en faisant plier la perche après l'avoir "plantée" dans un butoir juste devant les montants supportant la barre. Le but étant de faire plier la perche qui aura ensuite un rôle de "catapulte" pour s'élever le plus haut possible.

Au départ de la course d'élan, la perche est tenue sur le côté droit dans l'axe de course, bras gauche fléchi vers l'avant, bras droit fléchi vers l'arrière. Dans la course, il faut rechercher à la fois la vitesse et le rythme. Il faut ensuite piquer la perche dans le butoir grâce à une élévation de celle-ci au-dessus de la tête, tout en l'amenant sèchement mais souplement dans le butoir, avec impulsion et poussée sur la jambe d'appel. Tandis que la perche se plie, le corps se renverse vers l'arrière puis se regroupe, et le sauteur se retrouve la tête en bas. Quand l'engin achève sa flexion, c'est le moment où il faut déclencher une extension vers le haut, puis effectuer une poussée du bras supérieur avant de lâcher la perche.

C'est alors qu'intervient le plus important, en tout cas pour le classement, le franchissement de la barre en essayant de l'esquiver car elle ne doit pas sortir de ses butées sous peine de voir le saut invalidé.

Vidéo: Renaud Lavillenie domine la discipline de puis 2009

 

 

Christian Grégoire