Mickaël Delage (FDJ) échappée TDF 2011
Mickaël Delage (FDJ) en tête de l'échappée | AFP - Mickaël Delage

Entre rires et larmes

Publié le , modifié le

Retour sur une 3e étape pleine de rebondissements où la lutte pour le maillot vert a été particulièrement intense. Où un hommage a été rendu. Où une chute et un détour ont coûté chers. Et où un Français, Mickaël Delage, s'est offert un joli baroud d'honneur. Bref, un sacré mélange d'émotions !

Ca frotte pour le maillot vert !

La bataille pour le maillot vert a encore fait rage, lundi, entre Olonne-sur-Mer et Redon. Comme on l’avait vu lors de la première étape, le seul sprint intermédiaire a été particulièrement disputé. A moins de 100km de l’arrivée, aux alentours de Saint-Hilaire-de-Chaléons, les prétendants ont fait rouler leurs équipiers pour se placer. C’est finalement le Britannique Mark Cavendish (HTC-Highroad) qui s’est imposé mais Philippe Gilbert (Omega Pharma-Lotto) est venu sans complexe se mêler à la lutte. Il a même réussi à prendre 6 points, preuve que le Belge compte sans doute jouer le maillot vert à Paris. Il a devancé le Norvégien Thor Hushovd. A noter que le leader de la formation Garmin-Cervélo s'est frotté au « Cav ». Ce dernier lui a mis un léger coup de tête et les deux hommes ont finalement été déclassés du sprint. Si Mark Cavendish était logiquement déçu de sa 5e place finale, Thor Hushovd gardait, lui, le sourire ... en même temps que son maillot jaune.

Mickaël Delage sur le pont

Point culminant d’une troisième étape particulièrement plate, le pont de St Nazaire qui culmine à 68 mètres a souri à Mickaël Delage. Le coureur de la FDJ a en effet franchi le sommet en tête, devant ses compagnons d’échappée (Terpstra, Gutierrez, Moreno et Bouet) et se place ainsi derrière Philippe Gilbert au classement du meilleur grimpeur. Battu par le vent, le pont a ensuite fait exploser le peloton passé moins de deux minutes plus tard. L’Italien Ivan Basso (Liquigas) et Sylvain Chavanel (Quick Step), entre autres, se sont rapidement retrouvés à l’arrière. A l’arrivée, Mickaël Delage a hérité du maillot de meilleur combatif. Une distinction bien méritée après une belle démonstration de panache et une échappée de plus de 180km.

Petite sortie pour Anthony Charteau

Maillot à pois lors de l’édition 2010 du Tour de France, Anthony Charteau (Europcar) s’est offert un petit bain de foule lors de la 3e étape entre Olonne-sur-Mer et Redon. Après le sprint intermédiaire, il a fourni de gros efforts pour s’extirper du peloton. Il en est sorti à 83km de l’arrivée pour aller saluer sa famille. Pour cela, il a effectué un demi-tour sur le parcours, chose normalement interdite par le règlement mais pour lequel il n’a bien évidemment pas eu d’avertissement. Il a ainsi pu embrasser son fils et sa femme qui attendaient avec beaucoup de supporters sur le bord de la route, à Chéméré, où il habite. Il a ensuite un peu regretté son petit détour car il n’a pris, ce lundi, que la 143e place.

Plus de peur que de mal pour Dumoulin

Dans le dernier kilomètre et alors qu'il était plutôt bien placé, le Français Samuel Dumoulin (Cofidis) s'est fait une sacrée frayeur. Avant le dernier virage, le Lyonnais, poussé contre la barrière de sécurité par le peloton lancé à toute vitesse pour le sprint final, a manqué sa trajectoire et fini sur le dos après un "soleil", un demi-tour par dessus son vélo. Si la chute a été impressionnante, Dumoulin a pu remonter sur son vélo mais n'a franchi la ligne qu'en 181e position. Il souffre de douleurs au niveau des cervicales et de la hanche droite mais rien de "trop grave" selon Jacky Maillot, médecin de l'équipe Cofidis. Pas de gros dégâts donc mais d'énormes regrets.

R.I.P Wouter Weylandt

Victorieux au sprint de cette troisième étape, l'Américain Tyler Farrar (Garmin-Cervélo) a franchi la ligne d'arrivé en faisant un W avec ses mains. Un bel hommage à son ami, le Belge Wouter Weylandt, victime d'une chute mortelle en mai dernier dans la 3e étape du Giro.Farrar, profondément touché par la mort du jeune coureur de 26 ans, avait alors décidé de ne pas poursuivre sur le Giro et avait accompagné la famille de son ami dans cette difficile épreuve."Je voulais rendre hommage à Wouter, a expliqué Farrar, ce lundi, après sa victoire à Redon. Le fait de remporter une étape est la meilleure façon de le faire. Ces dernières semaines, j'avais repris l'entraînement à fond dans ce but".

Isabelle Trancoën