Ashton Eaton
Ashton Eaton | AFP - MICHAEL KAPPELER

Eaton au bout de la fatigue

Publié le , modifié le

Ne nous fions pas aux apparences: la victoire d'Ashton Eaton dans le décathlon fut obtenue au bout de véritables souffrances. Indubitablement, le recordman du monde et champion olympique, a dû aller au bout de lui-même pour empocher l'or mondial. Touché à une cuisse et surtout très fatigué, il a su montrer des qualités morales hors du commun, celles qui lui permettent sans doute d'être champion du monde. L'étreinte qu'il a partagé avec son entraîneur de longue date après le 1500 mètres était tout aussi enthousiaste que celle de Londres. Et signifiait à quel point il était soulagé.

"C'est vrai que c'est une marque inférieure à ce que je peux faire. 8809 points. Bien loin de mon record du monde. Mais je n'étais pas ici pour battre un record, simplement pour gagner un titre. Cette dernière journée a vraiment été difficile. Mais je sais que dans les moments décisifs, j'arrive à me concentrer. Je savais qu'il n'y avait de la concurrence mais je ne me suis pas préoccupé des marques intermédiaires. J'ai tout fait pour faire le mieux possible". 

Quant à la suite des choses, il n'y pense pas pour l'instant. "J'ai obtenu ce que j'étais venu chercher. C'était mon objectif de remporter la seule médaille manquante. Maintenant, j'ai gagné tout ce que je pouvais en décathlon. J'ai travaillé vraiment dur pour ça. Peut-être vais-je me spécialiser dans les prochaines saisons. Ce que j'aime vraiment, c'est le 200 m. Mais selon mon entraîneur, j'ai de vraies dispositions à la perche. On va voir. Pour l'instant, ce qui importe, c'est de profiter de cette médaille. Et ça fait aussi le plus grand bien au décathlon. Dans les dernières années déjà, Trey Hardee avait popularisé l'image de ce sport. Le problème aux États-Unis, c'est qu'ils ne considèrent pas toujours les choses comme elles se passent aujourd'hui, ils gardent des références historiques comme Rafer Johnson, Bill Toomey et d'autres grands noms du passé comme s'ils étaient les seuls décathloniens qui méritaient d'être mentionnés. Il faut continuer à réussir des performances pour changer tout ça".  

En attendant, à Moscou, il a une autre préoccupation immédiate: "je vais regarder et encourage ma femme Brianne à l'heptathlon ".

Vidéo: Eaton vainqueur au bout du 1500 m

 

 

Christian Grégoire