Tour de France Samuel Dumoulin
Samuel Dumoulin | DR

Dumoulin et la technique du gruppetto

Publié le , modifié le

Le coureur des Cofidis Samuel Dumoulin, qui se remet progressivement d’une grosse chute en début de Tour, nous explique le calvaire que peut connaître certains coureurs quand les routes s’élèvent. Il nous indique également les tactiques à suivre pour ne pas rentrer rapidement à la maison…

Comment cela se passe quand on se retrouve dans le gruppetto ?
"Il faut se fier en permanence sur la voiture suiveuse qui nous indique les écarts dès que les premiers sont arrivés sur la ligne. A partir de cette information on gère… Il faut savoir également qu’un point du règlement stipule que s’il y a plus de 20% des partants qui sont hors délai là ils sont automatiquement repêchés. C’est un petit point important mais qui peut nous sauver".

Il faut donc éviter de se retrouver seul en fin de course ?
"On compte combien on est dans le groupe et si tous les retardataires sont éparpillés dans le col, on fait l’effort pour être groupé au maximum. Ceci pour avoir plus de chance en cas d’arrivée hors délais. Il est primordial de ne jamais être seul. Sinon c’est pratiquement la fin assurée. Surtout si l’on est lâché au début d’étape…".

A quoi on pense précisément quand on se retrouve devant la voiture balai ?
"On pense à tous les sacrifices que l’on a réalisés pour en arriver là. On pense à tous les copains qui n’ont pas obtenu leurs sélections pour le Tour, à la famille et à l’esprit d’équipe. On songe également à l’arrivée sur les Champs. C’est justement dans ces moments là qu’il faut être particulièrement fort".

Gilles Gaillard