Gilbert Duclos-Lassalle portrait TDF 2011
Gilbert Duclos-Lassalle | DR

Duclos-Lassalle : "Klöden attend son heure"

Publié le , modifié le

Gilbert Duclos-Lassalle, double vainqueur de Paris-Roubaix (1992-1993), fait le point sur le nouveau maillot jaune Thomas Voeckler et sur le leader de la Saxo Bank Alberto Contador. Il nous confie également son coup de coeur de ce début de Tour : l'Allemand Andreas Klöden (RadioShack).

Thomas Voeckler en jaune, c’est un beau coup pour le cyclisme français.
« Thomas fait partie de ces coureurs, de ces champions, qui ont une qualité primordiale : ce sont des attaquants. Du coup, quand il se retrouve dans une échappée, il se rate rarement. Il mérite vraiment son maillot jaune. Maintenant, vous dire qu’il va gagner le Tour de France, ça va être difficile. Mais je pense qu’il peut porter le maillot au moins jusqu’aux Pyrénées. Il lui faudra toutefois être bien épaulé par son équipe. »

La pression va être énorme pour Europcar …
« C’est sûr ! Quand vous avez le maillot jaune, la pression est toujours forte. Mais moralement vous devenez plus fort. Vous voulez à tout prix prouver que vous êtes à la hauteur de ce maillot. Dans ces conditions, je pense qu’Europcar va bien se défendre. Après, la compétition va être dure. C’est immanquable. Ce matin, à Aurillac, beaucoup de directeurs sportifs vont dire qu’il faut attaquer cette équipe pour voir le potentiel qu’elle a. Les coureurs qui sont à 2 minutes vont essayer de la bouger pour aller chercher le maillot. Et puis, à l’arrivée dans les Pyrénées, ça risque d’être compliqué car, même s’il a un peu plus d’une minute d’avance sur ses poursuivants, je pense que les favoris vont commencer à bouger. Notamment Alberto Contador s’il veut rivaliser avec Ivan Basso, Cadel Evans ou Andreas Klöden. »

Selon un article paru ce mardi dans L’Equipe, Contador penserait à abandonner. Info ou intox ?
« C’est la première fois qu’on entend Contador parler de ses petits soucis. Avant, même quand certaines choses n’allaient pas très bien, il faisait toujours bonne figure. Je pense qu’il a eu son pic de forme maximum sur le Giro. Et là, c’est retombé. Mais il ne faut surtout pas l’exclure trop vite. C’est un garçon talentueux. Le problème, c’est qu’il s’aperçoit qu’il a perdu une minute et 40 secondes sur une erreur de course. Et c’est rageant. Il ne fallait pas laisser le favori du Tour au-delà de la 50e position à 40km de l’arrivée. C’était une faute. Il aurait fallu mettre deux coureurs autour de Contador pour le garder aux avant-postes. Ca semble logique. »

Si Contador ne tient pas son rang, qui peut, selon-vous, le battre à Paris ?
« Il y en a un dont personne ne parle. Il n’a pas de pression médiatique, il est tranquille à son hôtel. C’est Andreas Klöden. Il faut rappeler qu’il n’est pas loin puisqu’il est dans les 10 premiers au classement général. Je pense qu’il attend son heure et que celle-ci viendra à Grenoble. »

Le problème pour Klöden, c’est que la formation RadioShack a été décimée.
« Vous savez, Klöden ne va pas attaquer. Il va suivre les autres et tout miser sur le contre-la-montre. S’il fait 2e à Grenoble, on dira que c’est un exploit. S’il s’impose et s’offre une victoire finale, ce sera la même victoire que Greg LeMond en 1989 alors qu’il n’avait pas d’équipe. Je verrais bien Kloden faire la même chose. »

Isabelle Trancoën