coureurs Astana repos Tour de France 2010
Les coureurs au repos | AFP Fife

Du repos mais pas trop !

Publié le , modifié le

Après une première semaine de course plutôt éprouvante, entre les pavés, les chutes et la chaleur, la première journée de repos va permettre à l'ensemble des coureurs de recharger un peu les batteries. Avant d'attaquer, mardi, les grosses étapes alpestres. Mais pas question de se relâcher pour autant.

Après les pavés, les chutes en série et la chaleur accablante, les organismes terminent la première semaine de course un peu diminués. La journée de repos est donc être capitale pour pouvoir poursuivre la Grande Boucle dans de bonnes conditions. Mais entre l’envie de décrocher complètement pendant 24 heures et la nécessité d’être d’aplomb mardi matin, il faut savoir trouver un juste milieu.

Pour les coureurs, cette journée est souvent synonyme de grasse matinée. « Ils vont avoir moins de contraintes horaires. Du coup, ils vont pouvoir dormir un peu plus, confirme Laurent Jalabert. Il leur faudra toutefois s’entraîner un peu pour garder un certain rythme physiologique. L’organisme est habitué à faire des efforts tous les jours et si on casse ce rythme, ça peut être compliqué de se remettre en route ensuite. » Les coureurs vont ainsi devoir rouler entre deux et trois heures afin de conserver le tempo. « Après l’entraînement, le programme est simple : massage et bain en piscine d’eau froide pour favoriser la récupération », explique Nicolas Roche (AG2R). Des soins à ne pas négliger pour évacuer toutes les toxines engrangées lors de la première semaine.

L’autre aspect à ne pas négliger est la nutrition. « Il faut faire attention, ne pas exagérer sinon c’est compliqué ensuite de remonter sur le vélo, » insiste l’Italien Rinaldo Nocentini (AG2R). Alors qu’ils dépensent environ 5.000 calories par jour lors du Tour de France, les coureurs vont devoir réduire leur ration pour ne pas risquer « d’enrayer la machine », souligne Florent Brard, champion de France en 2006. « Ils sont habitués à consommer une grand quantité de nourriture mais vu que là ils vont moins se dépenser, il va falloir réduire les portions pour ne pas faire face à ce qu’on appelle « le phénomène de blocage des jambes », ajoute Vincent Lavenu, directeur sportif de la formation AG2R-La Mondiale.

Après la séance d’entraînement et les soins nécessaires à une bonne récupération, une partie des équipes va ensuite s’atteler à débriefer la première semaine et à élaborer une stratégie pour la seconde. « On fait des briefings tous les jours mais il n’est pas impossible qu’on décide quand même de faire une petite réunion, confie M. Lavenu. Le Tour est l’épreuve la plus important de l’année, il est donc primordiale de rappeler les points de repère. » Et d’ajouter : « Le coaching fait partie de nos prérogatives. On va donc voir ce qui n’allait pas, ce qu’on envisage pour la suite. Il faut également motiver les troupes. » Après ça et seulement après ça, les coureurs peuvent enfin profiter un peu de leur famille ou de leurs amis. Pour les plus célèbres, le planning sera complété par une conférence de presse. Bref, ce sera une journée qui, une fois encore, risque de ne pas vraiment être de tout repos.