Novak Djokovic
La terreur du circuit, Novak Djokovic | AFP - Alexander Klein

Djokovic: "Richard joue le meilleur tennis de sa vie"

Publié le , modifié le

C'était son premier test de la quinzaine, contre Juan Martin Del Potro. Un test compliqué par l'arrêt du match après deux sets vendredi soir. Mais Novak Djokovic n'a pas perdu le fil de son début de saison, enregistrant une 40e victoire consécutive. Il aura dimanche un deuxième test, en 8e de finale contre Richard Gasquet, qui "joue sans doute en ce moment le meilleur tennis qu'il n'a jamais joué de sa vie."

- Le troisième tour était très dangereux après ce qui s'est passé hier, notamment. Comment avez-vous mis fin à cette situation ?
- "Avant de jouer ce match, je savais que cela allait être dur, un adversaire difficile à battre, en tout cas. Un adversaire qui peut bien jouer quelle que soit la surface. Je crois qu'il a joué il y a quelques années une demi-finale ici. Il est donc très puissant en fond de court. Il sert bien également. S'il sert bien, il peut battre tout le monde, franchement. Je savais déjà cela. Je suis rentré sur le court un peu plus angoissé que d'habitude, un feu fébrile. Tous les deux, nous avons fait des fautes directes en début de match. Après, il y a eu de grands moments dans le match lorsque tous les deux nous jouions bien. Mais, malheureusement, il y avait des hauts et des bas. Comme je l'ai dit, j'arrivais à mieux contrôler mon jeu qu'hier. Le résultat est que j'ai gagné."

- Aujourd'hui, sur le court, tu as eu quelques breaks très rapidement. Cela a vraiment beaucoup compté pour toi de ne pas être mené rapidement dans le match aujourd'hui ?
- "Oui, c'était très important. J'en étais tout à fait conscient. Si j'avais perdu mon service, il aurait été difficile de le reprendre ou de gagner après, parce qu'il sert très bien. Il frappe puissamment de la ligne de fond de court. Gagner mon jeu de service, mettre de la pression sur son jeu de service… Le point qui a changé dans le match, c'était les 2 jeux dans le troisième set. Après cela, je me suis dit : "J'ai plus le contrôle des choses. Je sens mieux le match. Je vais essayer de continuer comme cela"."

- Cette année, vous pouvez gagner votre premier titre ici, à Roland Garros, vous pouvez devenir numéro un pour la première fois et vous avez toute cette série gagnante depuis le début de la saison. Quel est celui qui compte le plus ?
- "Pour être franc, je pense uniquement à Roland Garros. Il est certain que je veux aller le plus loin possible dans ce tableau. Et puis, après, si je suis numéro 1 cette semaine, je serai bien sûr extrêmement satisfait. Mais je n'y pense pas vraiment. Ce n'est pas ma priorité aujourd'hui. Je prends les matchs au jour le jour, comme ils viennent. J'essaie de m'intéresser à l'adversaire suivant. Et puis, j'essaie d'améliorer match après match ma performance pour arriver, si je le peux, jusqu'aux finales."

- Pouvez-vous parler de Gasquet, votre prochain adversaire au prochain tour ?
- "Richard joue sans doute en ce moment le meilleur tennis qu'il n'a jamais joué de sa vie. Il a beaucoup de confiance. Il croit en lui-même sur les terrains. Bien sûr, le public le soutient. Il semblerait qu'il frappe la balle mieux que jamais, selon moi. Il est plus constant également mentalement. Le match va être très ouvert."

- Novak, étiez-vous heureux d'être en quatrième position hier pour jouer ? Cela peut-il avoir une incidence demain, le fait d'avoir joué aujourd'hui et hier ?
- "Je ne m'attendais pas vraiment à voir ces matchs aussi tard, c'est vrai. Mais il se faisait tard et, plus il se faisait tard, plus j'avais envie de rentrer sur le terrain. J'étais un peu frustré, c'est vrai. On avait attendu toute la journée dans les vestiaires. C'est ainsi, la vie du tennis. Cela peut changer d'un instant à l'autre. Wawrinka a joué un très beau match, mais le match était très long. Avant le match, on savait qu'on jouerait un set, peut-être 2 manches, pas plus. Il était difficile de voir la balle. Physiquement, je ne crois pas que cela me fasse souffrir demain pendant mon match. Les échanges n'étaient pas très longs. C'était plutôt un service, un ou deux jeux hier, aujourd'hui."