Novak Djokovic ne lâche rien
Novak Djokovic ne lâche rien | VALERY HACHE / AFP

Djokovic: "Je suis prêt"

Publié le , modifié le

Novak Djokovic considère comme Roger Federer que le grand favori à Roland-Garros reste Rafael Nadal. Mais le N.1 mondial se sent en forme et ne cracherait pas sur un quatrième titre du Grand Chelem consécutif. "Je suis prêt pour Roland-Garros maintenant", a-t-il affirmé après le tirage au sort.

Etes-vous satisfait du tirage au sort?
- "J'ai juste vu le nom de mon adversaire au premier tour. (L'Italien  Potito) Starace est un spécialiste de terre battue. Ca ne va pas être un match  facile."
       
Au deuxième tour, vous pourriez affronter Lleyton Hewitt, cela vous  inquiète-t-il ?
- "Lleyton est une légende de notre sport, il a engrangé tellement de  victoires sur le circuit. C'est toujours un grand compétiteur et il l'a montré  à l'Open d'Australie. Nous avons disputé quatre sets, c'était un match  difficile. Je ne l'ai pas vu jouer ces derniers temps. La terre battue n'est  pas sa meilleure surface mais il est toujours dangereux. Il faut toujours  s'attendre à ce qu'il se batte jusqu'à la dernière balle."
       
Contrairement à l'année dernière à la même époque, Rafael Nadal vous a  déjà battu deux fois sur terre battue cette saison. Pensez-vous qu'il est  favori?
-  "Il est toujours le favori du tournoi, parce qu'il est ce qu'il est sur  terre battue. L'année dernière aussi c'était lui le favori. Il est le plus  grand joueur de tennis de tous les temps sur cette surface. Vous pouvez  toujours vous attendre à ce qu'il soit au sommet, spécialement lors des  derniers tours des tournois du Grand Chelem. Ici, il sera encore plus difficile  à battre."
       
Quel souvenir gardez-vous de votre dernière finale perdue face à Nadal,  mi-mai à Rome ?
- "Même s'il a gagné en deux sets secs, je pense que cela a été un match  serré. J'ai perdu mais je me sentais bien sur le court, je frappais bien la  balle. J'ai peut-être commis plus de fautes directes que je n'aurais dû et  peut-être que je ne frappais pas aussi bien la balle qu'en demi-finale face à  Roger (Federer). Mais la forme est là. J'ai joué de mieux en mieux au fur et à  mesure de ce tournoi. Je suis prêt pour Roland-Garros maintenant."
       
Que représenterait pour vous le fait de réussir ce Grand Chelem à cheval  sur deux saisons ?
- "Cela vaudrait tout l'or du monde pour moi. Mais je n'y ai pas trop  pensé car je ne veux pas me mettre trop de pression. J'en ai déjà assez comme  ça (rires). J'essaye d'aborder le tournoi comme les autres années et de m'y  préparer aussi bien (...) Mais je suis aussi un athlète qui pratique un sport  individuel et je sais quels efforts un grand succès demande. Spécialement si  l'on veut entrer dans l'histoire en réalisant quelque chose qui n'a été réussi  que peu de fois. Je suis conscient de cela et je le prends comme un défi. Cela  me motive d'autant plus."

Romain Bonte