Novak Djokovic fait tomber Nadal à Rome
Novak Djokovic fait tomber Nadal à Rome | GABRIEL BOUYS / AFP

Djokovic fait tomber Nadal à Rome

Publié le , modifié le

Novak Djokovic a remporté le Masters 1000 de Rome en dominant Rafael Nadal en trois sets (4-6, 6-3 et 6-3). A une semaine de Roland-Garros, la passation de pouvoir est peut-être plus proche que jamais.

Wawrinka, Nishikori, Nadal et donc Djokovic. Ces quatre-là ont remporté les quatre principaux tournois sur terre cette saison. Il est loin le temps de l'ultra-domination de Rafael Nadal et le symbole de cette 'nouvelle époque" est bien sûr Novak Djokovic. Malgré la perte du premier set, le Serbe est parvenu à renverser la vapeur pour remporter son 3e titre de la saison et son 19e Masters 1000 de sa carrière. Rafael Nadal a concédé trois défaites sur terre battue cette saison. Tout simplement une première dans sa carrière. Si ces deux-là pouvaient se retrouver en finale de Roland-Garros dans trois semaines, ils offriraient au public de la Porte d'Auteuil un duel à la hauteur de l'événement. On en salive déjà. 

Djokovic joue le feu dans le 3e set

Cette finale du Masters 1000 de Rome avait bien mal débuté pour Novak Djokovic mené 4-1 et qui a du cravacher pour revenir à 4-4 face à un Nadal bien installé sur le court. Ce retour a puisé dans les réserves du numéro 2 mondial qui doit concéder le premier set 6-4. Néanmoins, "Nole" est revenu dans la partie. Il prend le contrôle des échanges et prend la balle plus tôt. Nadal est acculé et la tendance s'inverse. Djokovic empoche la seconde manche 6-3. Le dernier set est un récital de la part de "Djoko" qui fait valoir ses qualités de relanceur pour planter Nadal. L'Espagnol est dans les cordes et n'a pas les armes pour répondre à ce Djokovic là. Le dernier set est une formalité (6-3) pour Djokovic qui bat Nadal pour la quatrième fois consécutive.

Passation de pouvoir ?

A une semaine de Roland-Garros, cette victoire laissera forcément des traces dans les têtes des deux joueurs. Pour la première fois de sa carrière, Nadal est tout près de ne pas se présenter en favori à la Porte d'Auteuil. "Rafa" se souviendra sans doute de la saison 2011, là où son meilleur ennemi l'avait aussi bousculé dans les tournois précédents Roland-Garros avant de chuter en demi-finale face à un Roger Federer des grands soirs. A Djokovic la forme du moment, à Nadal l'histoire. L'Histoire, avec un grand "H", ces deux hommes l'écriront sans doute dans deux semaines sur un court aussi mythique que l'est leur duel désormais.