Novak djokovic
Novak Djokovic | AFP

Djokovic face au fantasque Gulbis

Publié le , modifié le

Habitué des grands rendez-vous à Roland-Garros, Novak Djokovic va se retrouver confronté aujourd'hui en demi-finales à un adversaire inhabituel en la personne du fantasque Ernests Gulbis que l'on n'attendait pas à pareille fête. Le Letton s'est montré plutôt conquérant depuis le début du tournoi et peut logiquement prétendre opposer une belle résistance au Serbe. Ce match en tout cas s'annonce d'une belle intensité.

"Djoko" en habitué

Retrouver Novak Djokovic, N.2 mondial, dans le dernier carré est tout tout sauf une surprise. C'est une habitude. C'est en effet la quatrième année d'affilée - et la sixième au total - qu'il va aussi loin à Paris. Très serein depuis le début de la semaine, le Serbe a mis fin avec beaucoup de maîtrise en quarts au parcours de Milos Raonic, tête de série N.8.

Djokovic qui avait été gêné par le Canadien quelques semaines plus tôt à Rome, a parfaitement su gérer ce nouveau match. C'est aussi une des grandes qualités du Serbe que de savoir adapter son jeu à son adversaire. Fluide dans ses gestes, précis dans ses coups, et donc aussi d'une belle intelligence tactique, Djokovic n'a pas eu souvent besoin de s'employer outre mesure, ce qui lui a permis depuis le début de ce tournoi de demeurer impérial sur le court.

Vidéo: La réaction de Djokovic après sa victoire sur Raonic

L'inconnu pour lui c'est maintenant. En demi, Djokovic, 27 ans, fera face au fougueux Gulbis (N.18), dont l'immense talent est connu depuis longtemps mais a tardé à éclore. Après avoir éliminé Federer en 8e, le Letton a écarté Berdych en quart, confirmant ses belles dispositions entrevues avec une facilité déconcertante face à un joueur pourtant établi de longue date dans le Top 10.

Le pari de Gulbis

Djokovic et Gulbis se connaissent bien pour avoir fréquenté, plus jeunes, l'académie de Niki Pilic, près de Munich. Mais ils ne se sont rencontrés qu'une fois en Grand Chelem : en quart de finale à Roland-Garros en 2008. C'est lors de ce tournoi que Gulbis avait donné un premier aperçu de sa valeur. Mais le Letton, insouciant et provocateur s'était ensuite perdu, consacrant plus de temps à planifier ses soirées qu'à suer sur les courts.

Jamais depuis lors, il n'était réapparu en quarts dans un Majeur. La prise de conscience qu'il gâchait son talent et sa rencontre avec l'entraîneur autrichien Günther Bresnik l'ont remis dans le droit chemin. Il sait qu'il aura du mal à résister à Djokovic, qui n'a subi que deux revers cette saison, mais il pense que le pari mérite d'être tenté. Car l'homme aime le risque et le défi. C'est peut-être le moment pour lui de changer de dimension.

Vidéo: La réaction de Gulbis après sa victoire sur Berdych

Christian Grégoire