Stéphane Diagana portrait
Stéphane Diagana | AFP - Eric Feferberg

Diagana: "Je suis client de la nouveauté et de la confrontation"

Publié le , modifié le

Ancien champion du Monde du 400 m haies en 1997 à Athènes et consultant pour France Télévisions, Stéphane Diagana s'est livré pendant quelques minutes au jeu des pronostics pour ces Mondiaux 2011. Il nous confie également ses attentes pour ces neuf jours de compétition.

Stéphane, quelles sont nos meilleures chances de médailles du côté de l'équipe de France ?
"Nos meilleures chances de médailles sont certainement sur les épaules de Renaud Lavillenie. Certes, la perche est un concours à haut risque et le zéro pointé peut arriver même aux meilleurs. Mais Renaud est très fort. Il faudra aller le chercher. Maintenant, il faudra qu’il contrôle bien tout dans son concours. Sur le 3000m steeple, Mekhissi et Tahri, champion d’Europe et vice-champion d’Europe, auront également un mot à dire face aux Kenyans, le podium est loin d'être impossible. Notre marcheur Yohan Diniz, également champion d’Europe en titre, a évidemment le potentiel pour décrocher aussi une médaille".

Christophe Lemaitre peut-il également frapper fort lors de ces championnats ?
"Christophe peut réaliser un joli coup surtout sur le 200 mètres. C’est une discipline moins pratiquée que le 100 mètres. Il a plus de chances. S’il n’est pas trop émoussé après le 100 m et s’il maitrise bien sa course, il a un coup à jouer. Après, il n’est pas surprenant de retrouver Christophe à ce niveau. Ces deux dernières années, il avait totalisé une grosse densité de chronos sous les 10.10. Son record de France de 9.92 en juillet est logique. Il devrait rapidement passer sous les 9 .90".

Du côté féminin, une médaille est-elle envisageable ?
"Cela va être plus compliqué de décrocher une breloque sachant qu’elles ne sont que neuf représentantes en individuelles. Nana Djimou, sur l’heptathlon, est notre meilleure chance. Championne d’Europe en salle à Bercy, elle capable de faire de belles choses. Si elle est dans une bonne dynamique, dès le départ la médaille, sera envisageable. Tout va dépendre de ses deux premières épreuves et de son concours de hauteur".

Pas d'autres espoirs possibles pour remplir l'escarcelle ?
"Veronique Mang et Myriam Soumaré peuvent espérer peut-être une finale sur 100m ou 200m, mais il faudra qu’elles soient sur les temps de leurs records. A suivre également Mélanie Melfort en hauteur, régulière à 1,95m depuis le début de l’année, et enfin il ne faut pas oublier la jeune Eloyse Lesueur, en longueur, qui avec un record à 6m78 peut espérer une finale et pourquoi pas mieux…

Quelles sont les autres épreuves que vous attendez avec impatience ?
"Dans un championnat de cette envergure, je suis client de la nouveauté, de la confrontation. Ce sont ces facteurs qui intéressent. La course de 100m, épreuve d’une grosse densité avec Bolt en tête, va évidemment être un beau spectacle. La cerise sur le gâteau sera également si Christophe Lemaitre sort son épingle du jeu. Le 400m masculin, avec la nouvelle perle Kirani James, 19 ans, qui va faire sa première grosse sortie internationale, peut déboucher sur un résultat intéressant. Sur le tour de piste féminin, avec quatre filles en moins de 50 secondes, la course sera sûrement passionnante. Puis, il faudra voir également ce que va faire Rudisha sur le 800m. Il est au-dessus du lot. Mais comment va-t-il gérer ses courses dans un grand championnat ? Va-t-il courir comme en meeting ?

Vous n'avez pas cité le 400m haies, pourtant votre discipline de prédilection ?
"Paradoxalement, le 400m haies ne m’attire pas trop actuellement. Il n’y a pas d’élément moteur qui pousse la discipline vers le haut. Il manque de leader charismatique…".

Gilles Gaillard