Deux records aux Mondiaux de relais !

Publié le , modifié le

Deux records du monde inhabituels, oeuvres des Kényanes du 4X1500 m et des Jamaïcains au 4X200 m, ont éclairé la première journée de l'édition inaugurale des Mondiaux de relais, samedi soir à Nassau (Bahamas). Le plus éclatant est celui des athlètes des hauts-plateaux. En 16 min 33 sec 58/100e, Mercy Cherono, Faith Kipyegon, Irene Jelagat et Hellen Obiri ont marqué les esprits. Elles ont retranché plus de 30 secondes aux deux précédentes marques réalisées, dans des formations différentes, le mois dernier à l'altitude de Nairobi (1800 m).

Même sans le sextuple champion olympique Usain Bolt, la Jamaïque reste la  nation phare du sprint. En dépit de passages approximatifs, les +jaune et vert+, avec le revenant  Yohan Blake pour finir, ont grignoté 5/100e au précédent record des Américains  du Santa Monica Track Club, vieux de plus de 20 ans.

Stade flambant neuf

Outre Blake, dauphin de Bolt aux Jeux de Londres et qui revenait d'une  année blanche, la Jamaïque alignait Nickel Ashmeade et Warren Weir, bronze  olympique sur le demi-tour de piste. Aux Jeux de Londres, le podium du 200 m  avait été annexé par les représentants de l'île-crocodile. Arrivés troisièmes, les Américains ont été disqualifiés pour passage hors  zone. Alors ce sont les dames du 4X100 m qui ont fait retentir l'hymne de la  bannière étoilée et rayée, en devançant les Jamaïquaines (41.88 à 42.28). 

Avec une équipe "C", sans notamment le champion olympique David Rudisha, le  Kenya a remporté le 4X800 m dans un chrono médiocre (7:08.40). Kenya, Jamaïque, Etats-Unis. Mais aussi les Bahamas. Le stade national  flambant neuf, construit par les Chinois, est entré en éruption lors de la 3e  et dernière série du 4X400 m masculin. Pour acclamer le quatuor bahaméen,  champion olympique en 2012 à Londres, et qui a réalisé le meilleur chrono  (3:00.30), en vue de la finale dominicale.

AFP