Franck Schleck
Franck Schleck | LUK BENIES / AFP

Des outsiders aux dents longues

Publié le , modifié le

Derrière le duo Evans-Wiggins, qui part avec les faveurs des pronostics, suit une kyrielle de challengers aux ambitions légitimes. De Franck Schleck à Levi Leipheimer en passant par Ryder Hesjedal, Vincenzo Nibali, Samuel Sanchez, Denis Menchov, Juegne Van den Broeck, Alejandro Valverde ou Robert Gesink, les challengers visent haut en l'absence de Contador et Andy Schleck.

Franck Schleck
L'équipe RadioShack est orpheline de son leader habituel, Andy Schleck. Le groupe, emmené par le champion olympique du contre-la-montre, le Suisse  Fabian Cancellara, est privé de son chef de file qui a annoncé la semaine passée son forfait suite à sa chute au récent  Critérium du Dauphiné. Le Luxembourgeois Frank Schleck, troisième du Tour l'an passé et frère d'Andy, aura donc les coudées franches pour le général. Protégé par Andreas Klöden,  deuxième du Tour 2004 et Haimar Zubeldia, Frank Schleck, en conflit avec le manager général Johan Bruyneel, a terminé  deuxième du Tour de Suisse. De quoi le relancer après son décevant Giro. De la à prétendre à la victoire sur la Grande Boucle…

Ryder Hesjedal
Le Canadien, vainqueur du dernier Giro, conduira l'équipe Garmin. "Après avoir gagné pour la première fois un grand tour, nous avons des  ambitions élevées dans le Tour de France", a annoncé le responsable de la  formation américaine, Jonathan Vaughters qui fait confiance à Hesjedal d'autant que deux autres coureurs de l'effectif se sont déjà classés dans les dix  premiers du Tour, les Américains Tom Danielson et Christian Vande Velde. Un podium semble parfaitement dans les cordes pour Ryder Hesjedal. Plus, ce serait vraiment surprenant.

Vincenzo Nibali
L'Italien Ivan Basso sera en appui de son compatriote Vincenzo Nibali au  sein d'une équipe Liquigas ambitieuse. "Le 'Requin' (Nibali) visera le classement général et notre Varésan  (Basso) aura le rôle de directeur", a résumé la formation italienne en  annonçant sa composition pour la Grande Boucle. Basso, qui était le leader de l'équipe dans le Giro, s'est classé cinquième  du Tour d'Italie en mai dernier. Sur le podium du Tour de France en 2004 (3e) et 2005 (2e), il semble à même de guider et d'entraîner dans son sillage un Nibali déjà lauréat d'une Vuelta (2010) et 2e du Giro 2011. Mais le Tour de France, c'est autre chose, et les difficultés de l'Italien dans les chronos paraît rédhibitoire cette année.

Samuel Sanchez
L'équipe basque Euskaltel s'est donné pour  but de gagner une étape. Elle confiera ses ambitions pour le classement général au champion olympique en titre, l'Espagnol  Samuel Sanchez, leader. Vainqueur du classement de la montagne et de l'étape de Luz-Ardiden l'an  passé, "Samu" Sanchez, 34 ans, a eu une préparation contrariée par une chute  lors de la première étape du Dauphiné, début juin. Il aura du mal à retrouver rapidement la grande forme mais se tient prêt pour la fin de la deuxième semaine et la troisième. Le Top 5 lui semble un objectif raisonnable. Et minimal.

Denis Menchov
Le Russe Denis Menchov , qui a déjà pris  place sur le podium du Tour de France, conduira l'équipe Katusha  et visera  haut. L'équipe russe a misé  sur l'expérience avec sa recrue de l'intersaison. "C'est une grande responsabilité qui me procure une motivation élevée", a  déclaré Menchov le patriote. "Ce sera ma première grande course avec l'équipe de mon pays. Des trois  grands tours (avec le Giro et la Vuelta), le Tour de France est le seul que je  n'ai pas gagné. Je n'ai pas caché que c'est cette année mon principal objectif,  ce serait le couronnement de ma carrière". Menchov , 34 ans, s'est classé à la troisième place du Tour 2010,  transformée en deuxième place après le déclassement de Contador.
         

Jurgen Van den Broeck
L'équipe Lotto misera sur le Belge Jurgen Van  den  Broeck pour une place dans le Top 5 voire sur le podium. "L'objectif est de faire le meilleur classement possible", a souligné le  manager sportif Marc Sergeant à propos de son leader, cinquième du Tour 2010  (4e après le déclassement d'Alberto Contador). Le coureur de Herentals, champion du monde junior du contre-la-montre 2001, a une belle carte à jouer. Vainqueur du Critérium du Dauphiné 2001 et souvent placé dans les courses à étapes, le Flamand peut croire en son étoile. Rivaliser avec Evans sera tout de même compliqué.

Alejandro Valverde
L'équipe Movistar a fixé l'objectif du  podium final à son équipe, dont le leader est l'Espagnol  Alejandro Valverde. "Il y a beaucoup de coureurs qui sont capables d'accéder au podium", a  toutefois estimé le manager général de la formation espagnole, Eusebio  Unzue. "A côté de Valverde , nous avons des coureurs forts tels que Cobo, de retour  dans un grand Tour après sa victoire dans la Vuelta (2011). Il arrive en bonne  forme et j'attends de lui qu'il fasse un bon Tour", a ajouté Unzue qui espère que son lieutenant pourra mettre sur orbite un Valverde revanchard après sa suspension de deux ans pour dopage.    Le Portugais Rui Costa, vainqueur de l'étape de Super-Besse l'an passé et  récent lauréat de Tour de Suisse, peut également aider son leader à accrocher son rêve.

Robert Gesink
L'équipe Rabobank alignera les Néerlandais Robert Gesink , Bauke Mollema et Steven Kruijswijk, soit  trois coureurs pour le classement général. "Gesink  a montré qu'il était en bonne forme en terminant quatrième du Tour  de Suisse", a déclaré son directeur sportif Nico Verhoeven, à propos du  coureur néerlandais qui s'est classé 5e du Tour 2010. "Nous visons de belles positions au classement général pour lui", a ajouté le responsable de l'équipe en précisant que Kruijswijk, 8e  du Giro 2011, aurait un rôle de leader suppléant.    L'an passé, une chute sur la route du Cap Fréhel (5e étape) avait handicapé  Gesink qui avait pris la 33e place.

Levi Leipheimer
L'Américain de l'équipe belge Omega Pharma ne semble plus faire partie du groupe des lauréats possibles mais un podium paraît toujours dans ses cordes. A la fois bon grimpeur et à l'aise sur le contre-la-montre, Leipheimer a déjà prouvé ses capacités sur les courses à étapes. Trois fois vainqueur du Tour de Californie, du Tour d'Allemagne et du Critérium du Dauphiné, il est également monté sur le podium du Tour d'Espagne (2001 et 2008) et du Tour de France (2007). A 38 ans, Leipheimer croit encore en ses chances de bousculer la hiérarchie. Ils ne sont pas nombreux à penser comme lui…