Des soldats russes
Des soldats investissent une tribune quasi vide pour faire le nombre | .

Des Mondiaux en panne de spectateurs

Publié le , modifié le

Avec un nombre record de délégations et d'athlètes, les organisateurs pensaient pouvoir réussir leur fête des Mondiaux sur un plan populaire. Hélas, une semaine après l'ouverture de la compétition, force est de constater que le public a eu du mal à suivre. Hormis quelques moments marqués par l'éclair d'une star ou par l'envolée d'une favorite russe, le stade n'a pas vibré comme la Fédération internationale l'espérait. Celle-ci d'ailleurs s'en agace et les athlètes s'en sont plaints.

Beaucoup ont fait remarquer qu'il était difficile de se transcender devant des sièges vides. Les organisateurs l'ont bien compris, et ont à leur manière fait des efforts visibles pour remplir les gradins. Ainsi pour s'asseoir aux côtés des vrais amateurs de sport, et des supporteurs, qui ne comblaient qu'une partie des tribunes, ils ont invité des retraités et des étudiants qui ont reçu des billets gratuits par l'intermédiaire de leurs administrations ou de leur district, mais aussi de jeunes athlètes de la région, des employés de compagnies publiques et même des soldats pour faire le nombre. 

Le problème ne semble pas être, selon la population russe, la disponibilité des billets. Les prix des sessions ont commencé à 100 roubles (moins de 3 euros), et environ 240.000 billets ont été distribués gratuitement par les administrations de Moscou. Un autre lot de billets avait été envoyé aux clubs extérieurs à la capitale pour les encourager à amener leurs jeunes. Malgré ces mesures rien n'y a fait, et le stade a eu du mal à se remplir.

Même les revendeurs au noir, qui proposent des billets à la station de métro Sportivnaya n'ont guère de succès. Pourtant ils sont là en famille, et bradent à 50 roubles des tickets qu'ils ont sans doute reçus gratuitement. Mais ils ne trouvent pas vraiment preneurs.

Pas assez populaire

Du côté des athlètes russes, on vole au secours des organisateurs, en fustigeant la population et en regrettant que l'athlétisme ne soit pas populaire dans le pays, tandis que les athlètes étrangers se disent déçus par le manque d'enthousiasme autour des Mondiaux. D'autant que parmi les invités "exceptionnels" qui, reconnaissons le, font quelques efforts pour sauver l'image de la patrie aux yeux du monde, beaucoup ne connaissent pas grand chose à l'athlétisme et n'apprécient toujours les performances à leur juste mesure. Ce qui ne satisfait guère plus les athlètes.

En réalité, l'IAAF et son président ont tout de même critiqué en terme à peine voilés les organisateurs moscovites accusés de ne pas en faire assez pour promouvoir l'événement. Les propos de Lamine Diack ont apparemment engagé les organisateurs à mettre en place une campagne d'affiches pour la publicité de l'événement. Mais il est peut-être déjà trop tard.

Vidéo : ambiance mitigée dans le stade de Moscou

Christian Grégoire