Tour de France Christophe Deligné
Le mécano des B-Box Christophe Deligné |

Deligné: "On ressent plus de tension"

Publié le , modifié le

Pour l'instant, les Bleus et Blancs sont passés à travers les mailles du filet en évitant les grosses chutes qui sont survenues depuis le début de ce Tour. Mais l'étape de mardi risque de faire encore mal entre Wanze et Arenberg - Porte du Hainaut. La fin de parcours (7 secteurs lors des 30 derniers kilomètres) fait peur. Christophe Deligné, un des mécanos de l'équipe B-Box, fait le point sur la préparation spécifique de cette étape.

"Le changement principal sur ce type de parcours va s'opérer au niveau des roues avec des pneus et des boyaux de section supérieure à la normale. D'habitude on a des boyaux en 22, mais certains coureurs auront des pneus en 22 et des boyaux en 24. Ce sera vraiment la particularité pour l'étape de mardi. Il y a pas mal de coureurs dans l'équipe qui n'ont jamais évolué sur les pavés et pour eux on va leur mettre du matériel assez solide.

Et pour des coureurs comme Sébastien Turgot, et des gars qui sont un peu plus habitués à ce genre de pratique, on va leur mettre du matériel un peu plus approprié. Vu que certains ont déjà fait Paris-Roubaix, ils l'ont fini et ils ont bien marché. Par exemple, Turgot va utiliser des roues carbone à profil haut avec des boyaux 24 de section. Ce sont des roues assez solides et que l'on a testées à de multiples reprises sur Paris-Roubaix. Et pour le reste, les autres coureurs auront les vélos qu'ils ont utilisés en début d'année. On va utiliser des vélos de secours qui sont équipés de façon à tenir jusqu'à l'arrivée.

Avant ce style d'étape les coureurs sont beaucoup plus pointilleux que d'habitude. On ressent plus de tension, surtout du côté des coureurs qui n'ont pas d'expérience sur ce genre d'épreuve. Je pense notamment à Pierre Rolland ou Mathieu Sprick qui n'ont jamais évolué sur les pavés. Pour eux, la tension va monter d'un cran. On l'a remarqué lors de la reconnaissance de la semaine dernière. Ceci, à contrario de Sébastien Turgot qui lui aime bien ce genre d'épreuve et lui est super motivé. De son côté, la tension je ne la sent pas trop. Mais pour les coureurs qui n'ont pas trop l'habitude ce sera plus difficile".

Gilles Gaillard