Realis 4 nages Manaudou Duboscq Stravius
La déception de Florent Manaudou, Hugues Duboscq et Jérémy Stravius | AFP - Peter Parks

Déception pour les Bleus sur 4x100m 4 nages

Publié le , modifié le

Les Français, qui pouvaient légitimement viser une médaille, ont été éliminés dimanche en séries du relais 4x100 m 4 nages. Le relais français, pourtant composé de Jérémy Stravius,, Hugues Duboscq, Florent Manaudou et Fabien Gilot, a signé le neuvième temps des séries en trois minutes 36 secondes et 21 centièmes. Elle n'échoue qu'à 2 centièmes de la Grande-Bretagne, dernière finaliste. La faute à une composition trop risquée.

Au sommet de son art depuis le début des Mondiaux, Stravius avait idéalement lancé le relais en réalisant le meilleur temps de sa série sur 100 m dos en 53"28. Après ses déceptions sur les épreuves individuelles, Hugues Duboscq a rappelé qu'il était une valeur sûre des relais en signant un solide 100 m brasse (1'00"14) pour transmettre le flambeau largement en tête à Florent Manaudou. "On s'est fermé la porte au nez pour deux centièmes", a regretté Hugues Duboscq. "On voulait se qualifier mais sans prendre trop de risques, en assurant les relais. C'est la loterie, on s'est fait avoir. Flo fait un super 50 m, après c'est plus dur, mais on s'y attendait."

Trop de suffisance?

Le jeune Florent Manaudou, finalement préféré à Frédérick Bousquet, s'est montré trop juste, notamment dans le deuxième 50 m (54"02), et a cédé la tête de la course à la Russie. "Je ne vais pas critiquer Florent. Il a fait le maximum mais il n'est pas habitué à nager un 100 m papillon", a déclaré Stravius, "J'ai eu mal pour lui. Ce n'est pas lui qui a demandé à nager. On lui a proposé, il a accepté. Je suis content de lui. On a pris des risques en choisissant Florent mais je ne regrette pas du tout. C'est juste dommage d'être déjà en vacances". Le choix est d'autant incompréhensible que Frédérick Bousquet a très peu nagé lors de ces championnats (quatre 50 mètres). "J'ai accepté parce que c'est une bonne expérience à avoir pour l'an prochain si je me qualifie (sur 100 m papillon). C'était dur. Après je ne m'étais pas forcément préparé pour le 100 m", a dit Manaudou, visiblement très éprouvé. Bref, le relais et ses entraîneurs ont fait preuve de suffisance. Fabien Gilot, préféré à William Meynard, a manqué de jus pour refaire le retard (48"77).

"Un risque à prendre"

"On a deux couacs dans la semaine, celui-là et le 50 m nage libre", a remarqué le directeur technique national, Christian Donzé. Manaudou? "C'est un risque et ça n'a pas été un bon choix. Le risque se transforme en catastrophe parce qu'on ne peut pas imaginer qu'on puisse terminer un 100 m papillon de cette façon-là. Les deux derniers 100 m sont cauchemardesques parce que Fabien ne peut plus prendre de prise de relais, il ne sait pas si le nageur va terminer", a raconté Donzé. Le relais 4x100 m 4 nages, qui a nagé bien loin de son record de France établi à Rome en 2009 (3'29"73), n'imitera donc pas les relais 4x100 m nage libre et 4x200 m nage libre, tous deux médaillés d'argent. e meilleur temps des séries a été réalisé par les Etats-Unis en 3'32"42. Les Américains, qui compteront peut-être sur les renforts de Ryan Lochte et Michael Phelps, retrouveront en finale l'Allemagne, les Pays-Bas, l'Australie, le Japon, le Canada, la Pologne et la Grande-Bretagne. "Tout le monde avait mis sa grosse équipe, car il fallait aller chercher une qualification olympique", a remarqué Duboscq. "Moi non plus, je ne nage pas à mon meilleur niveau. Mettre Flo, c'était un risque à prendre. On a confiance en lui. Il s'en sentait capable. On espérait beaucoup. Sur le papier, on a une belle équipe."

La Française Lara Grangeon a été éliminée en séries du 400 m 4 nages. La Calédonienne, sixième de sa série, a nagé en 4 minutes 47 secondes et 41 centièmes, un temps insuffisant pour accéder à la finale. Le meilleur temps des séries a été réalisé par l'Américaine Elizabeth Beisel en 4'34"95.

Mathieu Baratas