Fabien Gilot 2011
Fabien Gilot | AFP-Hache

De l'argent content pour le relais

Publié le , modifié le

La France, avec Alain Bernard, Jérémy Stravius, William Meynard et Fabien Gilot, a pris la médaille d'argent du relais 4x100m à seulement 14 centièmes de l'Australie, lancé par un premier 100 m canon de Magnussen en 47.49. Les Etats-Unis complètent le podium. Toujours pas de titre pour le relais français mais une nouvelle médaille internationale plus que satisfaisante pour un relais très jeune.

Quels que soient les élus, ce relais sera "comme toujours une affaire d'hommes" comme le dit et le redit Alain Bernard. Il n'a pas eu tort. Le relais français alignait dans l'ordre Alain Bernard, Jérémy Stravius, William Meynard et Fabien Gilot. Une équipe qui a réalisé le meilleur temps des séries en 3:12.09. La course était attendue. Entre des Français ambitieux, des Américains hyper-motivés renforcé par Pehlps, Lezak et Adrian, des Australiens en outsider avec Magnussen et Sullivan et des Russes en embuscade, elle s'annonçait serrée jusqu'au bout. Chaque équipe avait sorti des nageurs neufs, les meilleurs. Sauf la France. "C'est le partage qui est intéressant dans cette médaille. Une fois de plus  il nous a manqué quelques mètres, mais il y a d'autres courses d'ici la fin de  la semaine", s'est satisfait Gilot.

Bernard amer

La course fut réglé presque après le premier relais. La faute à un départ canon de l'Australien James Magnussen, 19 ans qui a terminé son premier cent mètres époustouflant en 47.49. Impressionnant. Dans le même temps, Alain Bernard, champion olympique en titre du 100 m, plafonné à 48.75, soit le cinquième temps. Des centièmes qui compteront à la fin. Les autres relayeurs français n'ont pas craqué dans la pression puisqu'ils ont tous nagé au dessus de leur temps du matin. "Je ne vais pas vous le cacher, il y a de l'amertume quand on a le sentiment de passer à côté de quelque chose", a reconnu Alain Bernard en conférence de presse."Je sentais que c'était possible de faire mieux (personnellement) que ce matin mais j'aurais peut-être dû me conditionner en me disant 'fais aussi bien'", a ajouté le champion olympique du 100m, s'avouant "un petit peu déçu par rapport à la performance de ce matin".

La Satisfaction domine

Relais par relais, Jérémy Stravius, William Meynard et Fabien Gilot ont grignoté leur retard sur chaque équipe. Bien lancé, Fabien Gilot a nagé deux longueurs très consistantes en 47.20 pour échouer de peu en  3:11.14 contre  3:11.00 à l'Australie. 14 centièmes exactement. Un premier titre mondial ne tient pas à grand chose. Après l'argent frustrant aux Jeux Olympique (2008), le bronze amer au Mondial (2009) et l'argent mécontent aux Europes (2010), l'argent mondial de 2011 a pourtant une bien meilleure saveur Jérémy Stravius, petit nouveau du relais, savourait lui sans réserve cette médaille d'argent mondiale, une première pour le Picard. "C'est une grosse satisfaction, on ne peut pas nous reprocher grand chose sur ce relais, on fait deux secondes de mieux qu'à Budapest (...). Je suis très, très content", a déclaré le deuxième relayeur français (47"78). Pour William Meynard, solide troisième relayeur (47"39), "les Australiens étaient au-dessus. C'est une belle médaille d'argent même si ça aurait été mieux l'or", a-t-il dit. "On est satisfaits. On ne peut pas parler d'amertume", a déclaré Bernard, à la sortie du bassin.Un argent content donc.

Mathieu Baratas