Thomas Danielson (Garmin Cervélo) TDF 2011
L'Américain Thomas Danielson (Garmin Cervélo) | Atwistedspoke

Danielson, la "surprise du chef"

Publié le , modifié le

Quand on parle de l’équipe Garmin Cervélo, le premier nom qui vient à l’esprit est forcément celui de Hushovd, champion du monde en titre et maillot jaune lors de la première semaine du Tour. Dans son ombre, œuvre pourtant un américain qui peut prétendre à un Top10 sur les Champs-Elysées. Son nom ? Thomas Danielson. Rencontre.

« Tous les ans, on en a une, s’amuse Lionel Marie, directeur sportif de la formation Garmin Cervélo. On a eu Vandevelde (4e), Wiggins (4e), Hesjedal (7e). Cette année, c’est Danielson. » Et cette « surprise du chef » est une fois de plus énorme. Peu connu du grand public, Thomas Danielson n’est pourtant pas un novice. Même si à 33 ans, il participe à son premier Tour de France. « Tom a fait un bon début de saison, explique Bingen Fernandez, également D.S. de l’équipe américaine. Il a notamment bien marché au tour de Californie où il a fini 3e (NDLR : derrière Horner et Leipheimer). » Avant d’ajouter : « Ce n’était pas prévu qu’il vienne sur le Tour. Il devait se réserver pour la Vuelta où il a terminé 9e l’an passé. Mais après le Tour Californie, on s’est dit "pourquoi pas". On a donc changé tout son programme pour qu’il arrive en forme ici. » Et le calcul était bon puisque qu’après deux semaines de courses, l’ancien pensionnaire de la Fassa Bortolo et de Discovery Channel pointe en 9e position au classement général.

« C’est son premier Tour mais il a déjà une grosse expérience, précise Lionel Marie. Il est bon dans la montagne. Il va vite au chrono. Il a d’ailleurs été un des éléments moteurs au contre-la-montre par équipe en Vendée. » Passé pro en 2002 chez Mercury, Danielson n’est effectivement pas un bleu. Il a déjà eu l’occasion de montrer ses qualités sur la Vuelta où il a fini à trois reprises dans le Top10 (7e en 2005, 6e en 2006, 9e en 2010). En 2005, il s’est adjugé le Tour de Géorgie et l’année suivante, le Tour d’Autriche. Neuvième du Tour de Pologne en 2010, Danielson a fait une belle 9e place cette saison au Tour de Suisse. Très discret depuis le début du Tour, il est à moins de 6 minutes du maillot jaune. Il est surtout le coureur de Garmin le mieux classé.

Décrit comme quelqu’un d’un naturel un peu stressé, Danielson aurait « trouvé son équilibre » avec son compatriote Christian Vandevelde. « Vandevelde a beaucoup d’expérience et connaît toutes les facettes du métier, estime Lionel Marie. Danielson est un garçon assez stressé. Il dépense beaucoup d’énergie. Vandevelde lui sert de guide. Il le calme. Ces deux là, c’est une bonne combinaison. » Et de poursuivre avec un franc sourire : « On va continuer à voir au jour le jour mais Danielson peut finir dans le Top10. C’est ce qu’on espérait pour lui avant le Tour et il est sur la bonne voie. »

Ce qui est sûr, c’est que le principal intéressé ne boude pas son plaisir. « Quand j’étais petit, je regardais le Tour à la télévision et je trouvais ça fabuleux, raconte Thomas Danielson au départ de la 16e étape. Aujourd’hui, être dans la course, c’est différent. La campagne et les villes que l’on traverse sont magnifiques. Pour être honnête, je considère que c’est un privilège d’être ici. » L’Américain affirme d’ailleurs « en profiter à fond ». Si à l’arrivée au Plateau de Beille, il paraissait épuisé, il est bien décidé à jouer son va-tout. « Pour moi, la clé, ce sera vraiment d’être régulier jour après jour, confiait-t-il il y a quelques jours sur le site Vélochrono.fr. Et quand j’aurai une opportunité, je la saisirai ». On pourrait donc le voir aux avant-postes prochainement, dans les Alpes. En chef de file des Garmin Cervélo. 

Isabelle Trancoën