motards mine défaite Dakar 2015
Les motards ont galéré lors de leur passage en Bolivie | FRANCOIS FLAMAND / DPPI MEDIA

Une note très salée pour les motards

Publié le , modifié le

Sel ! Sel ! Sel ! Et un gros grain de poivre à moudre pour les motards du Dakar 2015. Le Salar d'Uyuni a laissé des traces dans les organismes et les machines. Personne n'a été épargné. Pas même Joan Barreda Bort, leader du classement général avant cette 8e étape entre Uyuni et Iquique, et Marc Coma, son dauphin.

Sur la même ligne de départ pour un envol façon enduro du Touquet, les concurrents du Dakar ont pris un drôle de tournant. Poignée de gaz ouverte en grand, ils ont sillonné l'immense Salar d'Uyuni en quête du grand frisson. Très vite, ils ont pris un gros coup de chaud. Enfin surtout leur radiateur, organe vital pour le refroidissement du moteur, obstrué par un amalgame de cristaux de sel. En s'arrêtant au point ravitaillement, les motards n'ont pu que constater les dégâts. Pour la plupart, il leur était impossible de repartir sans risque la casse de leur moteur. Quand ils pouvaient repartir. Une seule arme : la bouteille d'eau pour dessaler le radiateur. La scène était surréaliste avec tous ces motards en pleine séance de lavage à la goutte d'eau.

Coma en panique

Très zen, Xavier de Soultrait s'est évertué à asperger sa Yamaha. Marc Coma avait lui bien plus à perdre qu'un top 20 et n'a pas manqué de crier sa colère à Etienne Lavigne, le directeur du Dakar. Pour le Catalan, tenant du titre, les minutes se sont étirées. Plusieurs essais étaient nécessaires pour redémarrer la KTM à la poussette. Cet effort physique à plus de 3.500 mètres se lisait sur les visages. Langue tirée en recherche d'oxygène, Ruben Faria donnait tout pour son leader. Une course contre la montre et un moment de panique comme Marc Coma n'en avait certainement jamais connu sur le Dakar.

Barreda perd le Dakar

Joan Barreda n'était pas mieux loti, bien au contraire. Reparti d'Uyuni avec le guidon de l'Argentin Demian Guiral (qui lui a récupéré le guidon cassé de Barreda mais a abandonné), il a été victime de problèmes électriques sur sa Honda. Le sel n'y était sûrement pas étranger... Moto à l'arrêt complet, il a demandé à son coéquipier Jeremias Israel Esquerre de le tracter à la sangle. Sauf que c'était Barreda, sur la moto N.12, qui avait pris les commandes et mis son compatriote sur sa machine. A une vitesse plus que limitée, Barreda a perdu 1h30 et certainement le Dakar. Face à l'hécatombe, quatre Top 20 au tapis, la course a finalement été neutralisée au kilomètre 378.

Xavier Richard @littletwitman