Thierry Béthys Dakar 2017
Thierry Béthys au départ du Dakar 2017 | David Fernández/(EPA) EFE/Newscom/MaxPPP

Thierry Bethys, un Dakar à la sauce piquante

Publié le , modifié le

Il avait décidé de ne plus remettre les bottes sur le Dakar. Il est reparti plus tôt que prévu. Thierry Béthys a vécu un rallye cauchemardesque avec la marque chinoise Zongshen. Et encore, il était le dernier rescapé d’une équipe de cinq pilotes officiels avec notamment le chanteur Jen Richie et le Français Willy Jobard. Les autres avaient tous abandonné au bout de deux étapes. Le Challandais a tenu quatre jours.

C’est un coup de fil de Willy Jobard qui a fait replonger Thierry Béthys, triple vainqueur du Touquet (2000, 2001, 2003). Deux mois avant le départ du Dakar à Asuncion, son ami lui propose une drôle d’aventure avec un grand constructeur chinois mais inconnu dans le sport mécanique : Zongshen. « La moto a été construite autour d'un moteur, racontait à Ouest-France le pilote qui prenait part à son 6e Dakar. Comme on n'a pas de recul, il n'y a d'obligation de résultat. Cette année, le but est de découvrir le team et d'aller au bout… »

5 abandons en quatre jours

Un défi osé car Béthys n’a aucune possibilité de se familiariser avec la moto avant d’arriver au Paraguay. « Certes, je vais manquer de roulage, mais je pars et c'est du pur bonheur. Si je fais dans les 40, je serais content », indiquait-il avant de rencontrer des problèmes à répétition. Ses coéquipiers en ont subi les frais en premier. Le team était appelé Cyclone mais il s’est volatilisé en un éclair et ses motos avec. Béthys résistait tant bien que mal avant de voir sa ZX 450 partir en fumée entre San Salvador de Jujuy en Argentine et Tupiza en Bolivie. Pas sûr que le Vendéen reviennent dans ces conditions sur le Dakar.

Xavier Richard @littletwitman