Carlos Sousa (Haval)
Carlos Sousa (Haval) | DR

Sousa s'invite à la fête

Publié le , modifié le

Carlos Sousa est un habitué du Dakar mais rarement il s'est retrouvé en haut de l'affiche. Le Portugais a donné un premier succès de prestige à la marque Chinoise Haval. Sur son Great Wall, il a maté tous les favoris. A l'issue de la première spéciale, Sousa a devancé les Mini de Terranova, Al-Attiyah et Roma. Victime d'une crevaison, Stéphane Peterhansel a lui cédé 4'21" au leader.

S'il a bien coiffé les favoris pour cette première étape, Carlos Sousa n'est pas né de la dernière pluie. Il est en effet difficile de trouver des pilotes avec une telle régularité, avec neuf Dakar d'affilée terminés dans les 7 premiers du classement général. Le Portugais signe d'ailleurs sa sixième victoire d'étape sur le Dakar. Son dernier succès remontait à l'édition 2007, à Portimao, et c'était déjà lors d'une première étape.

Alors que tous les observateurs s'attendaient à voir une Mini signer le meilleur chrono de cette première journée, c'est un 4x4 sorti des usines du constructeur officiel chinois Haval qui s'est illustré. Très à l'aise sur les tracés techniques, Sousa a devancé Orlando Terranova pour 11 secondes. Le pilote argentin peut néanmoins se consoler en se disant qu'il est arrivé premier de la meute de pilotes Mini... "C'était bien pour commencer, a affirmé l'Argentin à l'arrivée. C'était quand même une étape physique. Derrière moi Carlos revenait très vite, il voulait me passer et je n‘ai pas pris de risque", a déclaré le pilote Mini.

Explication entre Sainz et Roma

Alors que tout a souri à Sousa, d'autres pilotes ont connu moins de chance ce dimanche, dans la région de Cordoba. Alors qu'il pensait avoir fait le plus dur, Monsieur Dakar, alias Stéphane Peterhansel, a perdu de précieuses secondes en raison d'une crevaison vers la fin de son parcours. Al Attiyah qui il y a encore deux mois ne pensait pas se retrouver au volant d'une Mini, complète le podium, à 47 secondes du vainqueur du jour. Roma se classe quant à lui quatrième (à 1'15'') devant Carlos Sainz (4'03''). Les deux hommes se sont d'ailleurs longuement expliqué après avoir franchi la ligne d'arrivée, Roma reprochant visiblement à son compatriote espagnol de ne pas s'être suffisamment écarté lorsqu'il a voulu le doubler...

Giniel De Villers pouvait quant à lui être un peu plus en colère. Le vainqueur de l'édition 2009 a été perturbé par des problèmes de direction et est arrivé à San Luis avec près de 16 minutes de retard sur Sousa. Toujours aussi ambitieux, et toujours aussi malchanceux, Robby Gordon a pris le départ avec une demi-heure de retard, mais pu limité la casse par la suite. Si on ne connaît pas encore le problème qu'à rencontrer l'Américain, Guerlain Chicherit et BJ Baldwin ont eux, dû faire face à un problème d'évaporation d'essence à bord de leur buggy, et ont eux aussi perdu du temps alors qu'ils ne se trouvaient qu'à une vingtaine de kilomètres de l'arrivée.