Sam Sunderland (KTM)
Le Britannique Sam Sunderland au guidon de sa KTM | KTM - MARCIN KIN

Sam Sunderland (KTM) vainqueur d'une 5e étape raccourcie du Dakar, et nouveau leader en moto

Publié le , modifié le

La 5e étape entre Tupiza et Oruro, en Bolivie, a été raccourcie par les organisateurs du Dakar. En raison des conditions météorologiques sur la région, une partie de la piste est devenu impraticable. Du coup, à l'issue des 219 premiers kilomètres (au lieu de 447km), c'est le Britannique Sam Sunderland (KTM) qui est déclaré vainqueur. Il a fini le parcours avec 7'19 d'avance sur le Français Van Beveren (Yamaha). Il s'empare du même coup de la tête du classement général, au terme de cette journée très perturbée.

Le Dakar n'en finit plus de connaître des rebondissements. Mardi, Toby Price (KTM), tenant du titre, semblait avoir pris la mesure de la concurrence en remportant nettement la 2e étape. Mercredi, Joan Barreda (Honda) assommait tout le monde en remportant la 3e étape avec plus de 13 minutes d'avance sur tous les autres, empochant du même coup la place de leader du général. Jeudi, l'Espagnol gardait le cap, alors que Toby Price devait abandonner, victime d'une fracture du fémur. Et ce vendredi matin, Barreda était pénalisé d'une heure pour avoir effectué un ravitaillement hors-zone lors de la 4e étape, et perdait la tête du rallye-raid. Et dans la foulée, Sam Sunderland  (KTM) détrônait le Chilien Pablo Quintanilla (Husqvarna), à l'issue d'une 5e étape raccourcie de plus d'une moitié en raison des conditions météorologiques.

Sunderland n'est plus maudit sur le Dakar​

Bref, en cette première semaine du Dakar, après seulement 5 jours de course, toutes les cartes ont été redistribuées. Et ce soir, c'est un 4e leader différent qui mène la danse. Sam Sunderland, régulièrement placé depuis le début de la course (toujours parmi les 5 premiers de l'étape), a tiré son épingle du jeu lors de cette étape bolivienne, se jouant des pièges de navigation pour rafler l'étape. Et il a bénéficié d'un petit coup de pouce du destin. Meilleur temps à l'arrivée de la première spéciale, il a appris que les organisateurs avaient décidé d'annuler la 2e spéciale du jour, longue de 228km, en raison des conditions météorologiques qui ont rendu la piste impraticable. Pour ce motard britannique, la malchance a peut-être tourné. Victime d'abandons avant la 5e étape du Dakar en 2012 et 2014, le voilà en tête du classement général au soir de cette 5e étape. Pour la première fois de sa carrière, il prendra part à la 6e étape, qui plus est en tant que patron.

Sur la ligne d'arrivée du jour, il possédait 7'19 d'avance sur Adrien Van Beveren (Yamaha) et 9'31 sur l'Espagnol Juan Pedrero Garcia (Sherco). Vainqueur hier de la 4e étape, Matthias Walkner (KTM) perd 40 minutes, Joan Barreda (Honda) en perd plus de 42. L'Espagnol est donc le grand perdant de la journée, entre cette étape et l'heure de pénalité. Il pouvait entrevoir la victoire finale hier, mais doit aujourd'hui pratiquement faire une croix dessus. A moins que ce Dakar continue avec ces rebondissements.

Vidéo: Les problèmes s'accumulent pour Barreda