Nani Roma (Mini)
Nani Roma (Mini) | WILLY WEYENS / BELGA MAG / BELGA/AFP

Roma domine la Coupe Mini

Publié le , modifié le

Leader du Dakar jeudi matin, Carlos Sainz a perdu le contact avec la tête. Des problèmes électriques ont accablé le buggy de l'Espagnol lors de la 5e étape entre Chilecito et San Miguel de Tucuman. Au cours d'une étape dantesque ou tout le monde a perdu du terrain, Nani Roma a réussi à tirer son épingle du jeu. Le Catalan remporte l'étape et remonte au sommet de la hiérarchie devant trois Mini, celles d'Al-Attiyah, Terranova et Peterhansel.

Mercredi soir au bivouac, Nasser Al-Attiyah avait lancé sur un ton malicieux un « tomorrow, good luck my friend » (demain, bonne chance mon ami) à Carlors Sainz. L’Espagnol n’avait pas ri à la boutade du Qatari. Vingt-quatre heures plus tard, il a encore mois envie de rire. Parti en ouvreur de la plus longue étape du Dakar (911 km avant d’être raccourcie pour des raisons de sécurité), le matador a vécu une journée cauchemardesque. Victime d’un problème électronique, son buggy SMG a été cloué au sol pendant une éternité. Relégué à 1h15 à l’issue de la première spéciale, il a toutefois réduit cet écart à 59 minutes au terme des 428 kilomètres de spéciales.

Roma gagne le clasico

L’occasion était trop belle pour le Catalan Nani Roma, grand rival du Madrilène, de réaliser un grand coup. Entre ses coups de volants opportuns et la navigation « aux petits oignons » de Michel Périn, le pilote Mini a survolé l’étape. "Je suis satisfait de la journée. Mais c’était dur, a reconnu Roma. Sans doute l’une des étapes les plus dures que j’ai eues à courir. On a essayé de s’en sortir du mieux possible, de survivre. On s’est un peu plantés mais on n’a perdu que 10’. Les autres ont eu es problèmes plus importants. Je félicite Michel (Perrin) mon copilote qui a fait un super travail. On est là. On est vivants. Mais il reste encore beaucoup  de rallye. Attendons pour voir. » Le duo Roma-Perin fonctionne tellement bien qu’il est invaincu depuis la fin du dernier Dakar. Si l’osmose se poursuit, il sera difficile à aller chercher. D’autant qu’après la journée de repos à Salta dans deux jours, le team X-Raid pourrait imposer des consignes à ses pilotes de pointe.

Lavieille gratte encore une place

Car si Giniel de Villiers s’est refait la cerise sur son Toyota en terminant 2e de l’étape à 4’20’’ de Roma, c’est bien une Coupe Mini qui s’installe en tête du rallye. Le plus dangereux est Nasser Al-Attiyah qui navigue à 26 minutes. Orlando Terranova suit à 31’46’’. Quant à Stéphane Peterhansel, il n’arrive toujours pas à combler son retard et pointe à 39’59’’. Le premier non Mini est De Villiers devant Sainz et le Haval de Christian Lavieille.

Vidéo: les exploits du jour sur quatre roues