Goncalves Honda dakar 2016
Paulo Goncalves (Honda) a son premier Dakar dans le viseur | FELIPE TRUEBA/EPA/MaxPPP

Price - Goncalves, à toi à moi

Publié le , modifié le

On se dirige tout droit vers un mano à mano entre Toby Price et Paulo Goncalves. Entre le pilote KTM et le Honda, seulement deux minutes et cinq secondes alors que les autres prétendants ont lâché prise. Entre le talentueux spécialiste des Baja et l’expérimenté portugais, deux styles bien différents. Et une même envie de gagner.

Les deux hommes s’apprécient et se respectent. En piste, ils se livrent à un superbe duel. Un jour Price s’échappe, un jour c’est Goncalves. "On est là, c’est bien, c’est la huitième étape. On se tire une sacrée bourre avec Paolo, confirme Price, nouveau leader du classement général des motos. D’un jour à l’autre on se reprend du temps chacun son tour. Ce sera une affaire de minutes, voire de secondes jusqu’au dernier jour", prédit l’Australien. Lundi, Paulo Goncalves n’était pas dans un grand jour. Victime d’une chute, le Portugais a cédé 5’17’’ à Price et son fauteuil de leader. "C’est une journée difficile, avec du hors-piste bosselé. Alors que je roulais assez vite, je me suis déporté un peu sur le côté, et j’ai fait une grosse chute, explique le pilote Honda. Je n’ai pas eu de dommage physique, mais la tour de navigation de la moto a été détériorée. J’ai dû finir avec une main, pour ne pas arracher complètement les câbles. C’était une journée très difficile, la première aussi exigeante cette année. Heureusement, l’étape marathon c’est demain, je suis un garçon chanceux".

Honda n’a plus que Goncalves pour s’imposer sur le Dakar, trois ans après son retour en rallye-raid. Pourtant, la pression est bien sur Price qui va devoir ouvrir la route dans le hors piste autour de Belen. Une situation très inconfortable. "Il est un peu plus fort que moi en navigation, mais il faut s’accrocher, faire du mieux possible et essayer de rester devant, ajoute Price. C’est une position un peu stressante, il faut être confiant dans ses choix. Je l’ai été aujourd’hui et ça a payé. Demain on attaque une nouvelle étape marathon. Il faudra faire attention à la moto pour ne pas l’abîmer sous peine de galérer le deuxième jour." Lors de la première étape marathon, KTM avait été plus malin, préférant sacrifier la première journée pour mieux prendre l’avantage dans la seconde. Goncalves est prévenu.

Xavier Richard @littletwitman