Olivier Pain (Yamaha)
Olivier Pain (Yamaha) sur la spéciale qui mène à Salta | DR

Pain, ça devient sérieux !

Publié le , modifié le

Les déboires de Cyril Despres sur la 7e étape du Dakar a conforté la place de leader d’Olivier Pain. Le motard des Deux-Sèvres reste fidèle à sa conduite sage. Santiago est encore loin mais l'espoir grandit encore un peu.

Olivier Pain a toujours la banane sur son visage. De jour en jour il s’affirme comme leader des motos et comme un vainqueur potentiel. Au soir de l’étape marathon, avec le changement de moteur de Cyril Despres, Pain aura une avance de trente minutes. Un sacré matelas à huit jours du verdict final. « C'est sur qu'avec les soucis de Cyril, je me retrouve avec un écart significatif en tête, et c'est bien pour moi », a déclaré Pain.

"Bilan positif"

La tête sur les épaules, le motard amateur évite de se la prendre. Trop de choses peuvent se passer tous les jours. « Ca fait partie de la course, mais je n'oublie pas que ça peut m'arriver aussi, donc on ne va pas crier victoire, surtout que Cyril a les capacités pour rattraper ce temps perdu... Donc pas de précipitation, je vais m'attacher à continuer comme ça, sans prendre plus de risques et en me faisant plaisir... Aujourd'hui j'ai roulé à ma main, et je savais qu'avec l'injection notre moto ne souffrirait pas trop de l'altitude, donc tout s'est bien passé... on continue d'être en tête, donc le bilan est positif. »

Un moteur joker ?

Le changement de moteur coûtant quinze minutes à celui qui le fait, Pain se retrouve avec un joker par rapport à Despres qui devra certainement finir le rallye avec le bloc du Polonais Dabrowski. En cas de souci, Yamaha peut donc recourir à son tour à une remise à neuf de la moto. En attendant une éventuelle contre-attaque de Cyril Despres, Pain se retrouve face à un pilote affamé : Francisco Chaleco Lopez (2e à 6’06’’). Le Chilien, sur une KTM privée, n’a jamais été aussi bien placé pour remporter son premier Dakar alors que l’arrivée sera donnée dans son pays. Yamaha peut toutefois compter sur David Casteu (3e à 6’37’’), pilote non officiel mais soutenu par le constructeur nippon. Reste le Portugais Ruben Faria, porteur d’eau de Despres mais 4e à seulement 9’42’’. A mi-parcours, Pain tient le bon bout mais la course est loin d’être jouée.