Andrea Peterhansel et Annett Fischer dans leur cockpit
Andrea Peterhansel et Annett Fischer dans leur cockpit | FREDERIC LE FLOC H / DPPI Media / DPPI

"Madame" Dakar dans les traces de son mari Stéphane Peterhansel

Publié le , modifié le

A défaut de rouler avec son mari Stéphane, Andrea Peterhansel participe au Dakar comme copilote d'Annett Fischer dans la catégorie SxS.

Puisqu’ils partagent tout, pourquoi ne pas partager aussi le même baquet. Pour le meilleur et sans le pire, Stéphane et Andrea Peterhansel ont décidé de s’unir sur le Dakar. C’était prévu pour 2019 mais un petit problème d’oreille interne a repoussé ce projet à une édition ultérieure. « On a prévu de le faire ensemble avec Stéphane, c’est son rêve de le faire avec moi. On a commencé à tout préparer pour 2019 mais j’ai été malade en voiture, ça tournait à cause d’un problème d’oreille interne, raconte la femme du recordman des victoires (13). J’ai commencé une rééducation physique mais c’est difficile de dire quand ça remarchera. » « Peter » n’a pas eu trop de mal à se recaser chez Mini avec un nouveau copilote David Castera. Quand à Andrea, elle aussi s’est finalement lancée dans l’aventure avec sa compatriote Annett Fischer. Les deux femmes se sont rencontrées au Maroc en marge d’une séance d’essais. Après un petit tour en SxS dans les dunes, Andrea lui a demandé si elle voulait faire le Dakar avec elle. La réponse, positive, n’a pas tardé et voilà les deux femmes parmi le contingent des 17 femmes au départ de Lima, un record pour le Dakar.

Aventure 100% féminine

Ancienne physiothérapeute du team X-Raid, Annett Fischer connaît la discipline même si elle n’était pas prédestinée au sport auto. Ce nouveau défi ne lui fait pas peur. Au contraire, elle espère contribuer à ouvrir la voie à d’autres femmes. « Nous sommes peu en sports mécaniques, pas seulement en rallye, regrette-t-elle. Il n’y a aucune raison que les femmes ne participent pas à davantage de courses. Dans la voiture, il n’y a pas beaucoup de différence entre hommes et femmes. Tout le monde peut conduire. Le plus important en rallye-raid, c’est le mental, connaître ses limites et celles de la voiture. Ce n’est pas à fond tout le temps. » Débutante sur le Dakar, la jeune femme suivra les conseils de sa navigatrice, déjà onze éditions au compteur (4 fois première femme du général) et un autocollant « légende » sur le casque. « Avec Annett, nous avons eu une opportunité de le faire ensemble alors je me suis entraîné, reprend Andrea qui est toujours gênée quand son regard perd la ligne d’horizon. Ça sera un bon test ! Pour elle c’est un rêve alors je suis prêt à l’aider. Les conditions sont bonnes, la voiture est bonne, le team aussi alors on peut espérer aller au bout. On va essayer de faire le meilleur résultat possible. » Si l’équipage N.385 ne rentre pas trop tard au bivouac, les Peterhansel pourront « refaire » la course du jour ensemble.