Le rallye à la rencontre des pilotes sud-Américains

Le rallye à la rencontre des pilotes sud-Américains

Publié le , modifié le

Les années passent et le succès du Dakar ne se dément pas. Ainsi pour 2012, les organisateurs ont enregistré une participation record en étant même contraints de procéder à une sélection, notamment en motos, pour garder un plateau maximal de 218 pilotes C'est que le challenge fait toujours rêver et que les aventuriers sont de plus en plus nombreux surtout depuis que l'épreuve s'est ouverte à différents horizons.

Longtemps réservé à une majorité d'Européens, le Dakar a en effet élargi son audience, en élargissant ses frontières. Sur le plan médiatique bien sûr, mais aussi sur le plan sportif, puisque de plus en plus de pilotes du monde entier se sont intéressés au rallye. Les organisateurs ont d'ailleurs été rapidement conscients de cette nécessité de rapprocher la course du public. Ainsi, tout en appliquant des règles strictes de contrôles du nombre de participants pour maintenir sur la course un niveau de sécurité et de convivialité optimal, l'évolution du Dakar sur les dix dernières a indéniablement fait apparaître une internationalisation du plateau de concurrents.

Évidemment, pour accentuer encore l'intérêt et pour hisser celui-ci à la hauteur de l'engouement populaire, en se déplaçant en Amérique du sud, le rallye est naturellement allé à la rencontre de ses pilotes, qui ont été massivement séduits par l'aventure. Si les Argentins, Chiliens et Péruviens seront les plus nombreux représentants du continent, la présence de dix véhicules brésiliens, mais aussi de concurrents venant de Bolivie, du Venezuela et d’Équateur complètent presque intégralement la carte de l'Amérique du sud. Autant dire que l'ambiance risque d'être bouillante, surtout si l'un d'entre eux parvient à joueur les premiers rôles comme cela a été le cas des frères argentins Patronelli qui se sont imposés en quad en 2010 puis en 2011..

Malgré cela, et bien qu'éloigné de ces bases originelles, le rallye attire aussi les pilotes européens qui sont toujours là, prêts à la bagarre, maintenant qu'ils ont pris la mesure des nouvelles pistes. Avec une adversité plus solide, qui augmente à la fois en valeur absolue et en valeur relative, même les favoris auront fort à faire sur cette édition.    

Christian Grégoire