Francisco Lopez à l'assaut des dunes de Pisco
Francisco Lopez à l'assaut des dunes de Pisco | FRANCK FIFE / AFP

Le Pérou fait son retour sur le Dakar après deux ans d'absence

Publié le , modifié le

Quelques jours après avoir annoncé que le Chili ne ferait pas partie du tracé 2016, les organisateurs du Dakar ont dévoilé ce jeudi matin les grandes lignes de la prochaine édition. Absent ces deux dernières années, le Pérou revient au programme, en ouverture de la course. L'édition 2016 s'élancera de Lima le 3 janvier, passera par la Bolivie, pour se conclure le 16 janvier à Rosario, en Argentine, après un passage à Salta, au pied de la Cordillère des Andes.

Exit le Chili, pour cause de fortes pluies et de dégâts majeurs dans le Nord du pays, et revoilà le Pérou. Le Dakar-2016 fait peau-neuve. Après deux années sans passer par les dunes péruviennes, les concurrents du rallye-raid repasseront dans le pays, et y débuteront même leur aventure. Comme en 2013, l'épreuve s'élancera de Lima, le 3 janvier prochain. En 2015, le Dakar aurait déjà dû revenir au Pérou, mais le pays s'était  finalement désisté pour des raisons de politique intérieure. Après treize jours de course, les concurrents arriveront à Rosario, en Argentine, après un passage en Bolivie. L'Argentine devient donc le dernier pays à avoir accueilli chaque année le Dakar depuis son arrivée en Amérique du Sud en 2009. La journée de repos est programmée le 10 janvier à Salta, au pied de la  Cordillère des Andes, et l'arrivée aura lieu le 16 janvier à Rosario, en  Argentine, là-même où le Dakar s'était élancé en 2014.

L'Uruguay et la Colombie à l'avenir ?

L'ensemble du parcours et du plateau seront dévoilés plus tard dans  l'année, le 18 novembre à Paris. Pour le moment, on sait juste qu'il comptera comme d'habitude 13 étapes et  que les concurrents devront parcourir entre 8000 et 8500 km, dont la moitié  d'épreuves chronométrées. "On a figé la cartographie mais il reste tout à faire", explique à l'AFP  Etienne Lavigne, directeur de l'épreuve, qui a fait part de sa solidarité avec le Chili. "On avait travaillé sur un scénario qui impliquait le Chili, le Pérou, la  Bolivie et l'Argentine. Malheureusement, le Chili a connu il y a quelques  semaines dans la partie de l'Atacama que l'on connaît bien depuis plusieurs  années des coulées de boue et d'eau qui ont dévasté énormément  d'infrastructures et causé beaucoup de drames. Ils étaient dans l'incapacité  évidente de nous recevoir dans le calendrier prévu. D'un commun accord, on fait  une pause, on est solidaire d'eux".

Pour l'édition 2016, le cap est fixé: "C'est un cocktail à trois étages. un triptyque de géographies, de climats,  et de conduites extrêmement différent d'un pays à un autre. Ca va demander un  sens de l'adaptation assez prononcé aux concurrents", prévoit le directeur de  l'épreuve. Et ce tracé Nord-Sud fait peu à peu son chemin, avec peut-être l'Uruguay et la Colombie comme prochains hôtes dans les années à venir. "Ce serait un très beau projet. Il y a eu dans les années 60 une course qui  partait de Caracas pour arriver à Buenos Aires. C'est vrai que dans nos cartons  depuis trois ans, on a envie d'imaginer une course qui pourrait partir ou  arriver de Colombie, pour ensuite longer l'Amérique du Sud côté Pacifique vers  le Chili et l'Argentine. C'est un projet ambitieux et il faut une bonne  combinaison des astres politiques et du Dakar pour que ça puisse se mettre en  ligne".

Vidéo :  le parcours 2016

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze