Nasser Al-Attiyah (Red Bull)
Nasser Al-Attiyah (Red Bull) à l'attaque dans les dunes | FRANCK FIFE / AFP

La passe de trois pour Al-Attiyah

Publié le , modifié le

Nasser al-Attiyah (Buggy) a signé sa 3e victoire d'étape sur le Dakar en s'imposant jeudi sur les 454 km de spéciales courues entre Arica et Calama, dans le fabuleux désert de l'Atacama. Avec 6'24" d'avance sur Stéphane Peterhansel (Mini) il met la pression sur le pilote français puisqu'il ne pointe plus désormais qu'à 1'18. Autant dire qu'il est plus que jamais un sérieux concurrent pour la victoire finale, même si le rallye est encore long.

Car derrière, les outsiders ont du mal à faire preuve de constance. Ainsi Nani Roma (Mini), vainqueur la veille mais cette fois-ci complètement égaré dans les dunes d'Iquique où il a perdu du temps, fait de nouveau le grand écart au général et laisse Giniel  de Villiers (Toyota),  6e de l'étape et 3e du général mais relégué à plus de 42 minutes, devant Leonid Novitskiy (5e de l'étape et 4 e du général à 44') refaire un écart conséquent dans la lutte pour une place sur le podium.

Al-Attiyah se rapproche de Peterhansel

Le Chili réussit bien à Nasser Al Attiyah qui a remporté à cette occasion sa 17e spéciale sur un Dakar et se rapproche de Stéphane Peterhansel, mais sa casquette de patron d'écurie est froissée par l'abandon de son coéquipier Carlos Sainz. Son buggy a achevé le parcours du jour, avec le meilleur temps, et sans négliger la manière. Ainsi le Qatarien a mis une distance de plus de huit minutes entre lui et Stéphane  Peterhansel au classement de la spéciale. Au général, l'écart est désormais infime, surtout au regard du retard que prennent les autres poursuivants, touchés tour à tour par la déveine ou perdus par leur empressement.

Aujourd'hui, Nani Roma a commencé par coincer son Mini pendant plus de 30 minutes dans le sable du kilomètre 71, à l'endroit même où Giniel De Villiers en laissait une dizaine ! Surtout, le taux de 50 % de réussite d'Al Attiyah s'applique d'une façon plus amère à l'ensemble de son équipe, qui ne compte plus qu'une seule voiture sur les deux engagées à Lima. Après 179 kilomètres de course, c'est le moteur du buggy de Carlos Sainz qui a rendu l'âme. Pour son retour après une année d'absence, le Matador quitte l'arène après avoir remporté une étape et éprouvé de nouvelles sensations de pilotage. La poursuite du défi dans les années à venir n'est pas exclue pour l'Espagnol.

 

Vidéo: le résumé de l'étape du jour

Voir la video