Stéphane Peterhansel (Mini)
Stéphane Peterhansel (Mini) | FRANCK FIFE / AFP

La course auto neutralisée

Publié le , modifié le

8e étape dantesque sur le Dakar. Raccourcie ce matin à cause des pluies tombées, la course des autos a été stoppée au CP2, soit au km 86 de la spéciale du jour. Après ce deuxième point de contrôle, la piste détrempée a piégé de nombreux concurrents dont Nasser Al-Attiyah. Face à ces "tankages" en cascade, la direction de course a décidé de neutraliser la spéciale. Chicherit gagne l'étape. Peterhansel et Al-Attiyah sont dos à dos.

Tout ça pour ça... Après des heures de discussions sous la pression des équipes, le collège des commissaires a finalement pris sa décision. Pour récompenser ceux qui sont allés au bout de l'étape, le classement de l'étape est validé pour les quatre premiers. Cela signifie que Guerlain Chicherit empoche son premier succès avec le buggy SMG. Il devance le BMW de Terranova (à 4'02"), le Hummer de Gordon (à 5'17") et le buggy Dessoude de Chavigny. A force d'essayer, Chicherit n'a pas volé sa victoire et récompense le travail de Philippe Gache qui tournait autour depuis quelques éditions. "On était vraiment parti pour rouler, car depuis plusieurs spéciales nous n'avons pas eu de chance et laissé échapper le scratch d'un rien donc, en partant en 2e sur la piste, j'avais vraiment décidé d'attaquer, a raconté Chicherit. Ce matin, j'ai dit à Jean-Pierre (Garcin) : "Attache ta ceinture parce qu'on va attaquer!" Et ça a payé. C'est cool! Jean-Pierre a fait un super bon boulot car il y avait vraiment un vrai piège et on était en tête parce qu'on avait déjà doublé Peterhansel. Mais il a trouvé la passe sans problème, je suis super content !"

Même temps pour Peterhansel et Al-Attiyah

En revanche, Stéphane Peterhansel et son patron chez Mini Sven Quandt ont de quoi ruminer toute la journée de repos. Les commissaires ont décidé de donner à tous les concurrents neutralisés au CP2 le temps du tenant du titre. Arrivés sans souci à l'arrivée de la spéciale, "Peter" voit donc son principal concurrent Nasser Al-Attiyah crédité du même temps que lui alors que le Qatari s'est retrouvé pris au piège après le CP2, avant la neutralisation de la course. Coincé pendant de longues minutes, le pilote de Qatar Red Bull s'en sort très bien et la deuxième semaine s'annonce bouillante. "Cela se passait bien pour nous, nous avons attaqué fort, et tout se passait bien, a expliqué Al-Attiyah. Quand nous sommes arrivés au rio, il y avait trois mètres d’eau, nous ne pouvions pas passer. Alors nous avons appelé l’organisation, qui nous a prévenus  que l’étape était neutralisée à partir de CP2." Un coup de fil salvateur.

Vidéo: Le point sur la course auto

Voir la video

Xavier Richard @littletwitman