Cyril Despres (Peugeot) durant le Dakar 2016 12012016
Le pilote français Cyril Despres (Peugeot). | FRANCK FIFE / AFP

La 11e étape du Dakar à la loupe

Publié le , modifié le

Les pâtissiers du Dakar seront servis dans cette 11e étape avec une bonne dose de fesh fesh, cette farine de sable qui provoque des indigestions chez les concurrents. Un dernier moment de galère avant de retrouver des pistes rapides.

  • La spéciale du jour

La spéciale du jour

Motos / Quads / Autos / Camions : Étape : 712 km. Spéciale : 431 km

  • Le parcours : Pour tous les goûts

Le parcours : Pour tous les goûts

Fiambala et ses dunes sont derrière les concurrents mais le sable ne sera pas absent de cette 11e étape du Dakar. Ce ne sera pas forcément plus simple puisque ce sable se présentera sous des formes variées et pour le moins indigestes, notamment le fesh fesh. Une fois cette première partie d’étape avalée, des portions très roulantes dérouleront leur tapis de graviers et de cailloux jusqu’à San Juan.

  • Les enjeux : La parole est à la défense

Les enjeux : La parole est à la défense

Maintenant que le break est fait dans trois catégories sur quatre, les leaders vont se mettre en mode gestion. Une situation à la fois tranquille et délicate car la moindre erreur peut coûter très cher. « Il y a toujours des risques de casse, explique le patron de Peugeot Sport Bruno Famin qui est leader des autos avec Stéphane Peterhansel. Aujourd’hui, il y a pas mal de fesh fesh et on sait qu’il peut toujours y avoir des cailloux cachés. Ouvrir la route dans ces conditions, ce n’est pas évident. » En revanche, le suspense se poursuit chez les quads. 1’34’ séparent les deux frères Patronelli, Marcos devançant Alejandro

  • Le mot du jour : Fesh Fesh

Le mot du jour : Fesh Fesh

On en parle très souvent sur le Dakar. C'est une sorte de sable mou, que l'on trouve dans de nombreuses régions désertiques. Ça a l'apparence d'une surface dure, mais ça se révèle très meuble et très instable. Une sorte de farine qui devient le cauchemar des derniers concurrents, confrontés à un terrain labouré, à de profondes ornières créées par les premiers.