Juan Pedrero Garcia, Sherco
Juan Pedrero Garcia au guidon de sa Sherco | PHILIPPE DESMAZES / AFP

Juan Pedrero Garcia remporte la 4e étape

Publié le , modifié le

Un peu en dedans depuis le début du Dakar, l'Espagnol Juan Pedrero Garcia, 5e de la précédente édition, a enlevé la 4e étape au guidon de sa Sherco entre San Juan et Chilecito. Deuxième avant-hier, le Chilien Francisco "Chaleco" Lopez (KTM) voit encore la victoire le fuir pour 29 petites secondes. Dauphin de Barreda au général, Marc Coma (KTM) complète le podium à 3'10 du vainqueur du jour. Cyril Despres a lui perdu très gros.

Peu inspiré et malchanceux depuis le départ de Rosario dimanche, Juan Pedrero Garcia a tapé du poing sur la table. Parti en 43e position ce matin, l'Espagnol a réalisé une étape d'anthologie pour remonter tous ses concurrents et souffler la victoire au Chilien "Chaleco" Lopez à Chilecito. 21e du général ce matin, le pilote Sherco devrait retrouver un classement plus conforme à son statut. Cinquième de la précédente édition, l'Ibère nourrit de sérieuses ambitions cette année. S'il a d'ores et déjà renoncé à la victoire finale (1h53 de retard sur le leader Joan Barreda), le Catalan se bat pour une place dans le Top 10.

Despres s'enfonce

La bonne opération du jour est d'ailleurs pour un autre homme de Catalogne. Marc Coma, 3e de l'étape, a repris presque 9 minutes à Joan Barreda. Au général, le pilote N.1 de KTM est revenu sur les talons de son compatriote de chez Honda (à 3'10). « La journée a été très dure. Hier c’était déjà une étape dure et aujourd’hui c’était encore super difficile, a expliqué Coma. Avec la pluie des jours passés on ne voyait plus aucune piste. En fait ce n’est pas que c’était difficile aujourd’hui, c’est plutôt qu’il était facile de commettre une erreur. On a finalement trouvé le chemin et sur la fin j’ai pu forcer le rythme. » En revanche, Cyril Despres a quasiment perdu tout espoir de conserver sa couronne. Le Français est un battant et ne lâchera pas le morceau comme ça mais un incident lui a coûté près de 40 minutes. "Je ne suis pas découragé. Le jour où je baisse les bras, il faut que je rentre chez moi, a insisté le pilote Yamaha, 6e à 41'17 de la tête. C'est un gros contretemps mais dans sports mécanique, il y a mécanique. J'aime cette course et, sauf erreur, il reste quelques étapes jusqu'à l'arrivée à Valparaiso", le 18 juillet. 

Une étape exigente​ pour les motards

Tout allait bien jusqu'à 12 km de l'arrivée de la spéciale, avant que Despres ne s'arrête subitement. "Tout se passait bien, j'étais en tête au km 170... (...) Puis, mon support d'Iritrack (système de  positionnement) s'est cassé, il a endommagé le circuit électrique" et la moto s'est arrêtée, j'ai du bricoler pour réparer", a expliqué le quintuple vainqueur du Dakar. Sans assistance, comme la veille, les motards ont beaucoup souffert, d'autant qu'ils ont parcouru une cinquantaine de kilomètres à plus de 4.000 mètres d'altitude. Des sommets que n'avait jamais atteint le Dakar auparavant. Et un sacré défi physique et mécanique pour les pilotes. Cette étape-marathon a d'ailleurs été fatale à Sam Sunderland, vainqueur de la deuxième étape. Le moteur de sa Honda a lâché, abandonnant le Britannique à son triste sort.

Vidéo: les images de l'étape moto du jour