Le "bivouac" de Lima
Le "bivouac" de Lima | DR

Encore une vérif' pour la route

Publié le , modifié le

Ce n’est qu’un « parking » de pré-vérifications mais la Magdalena de Lima ressemble au premier bivouac de ce Dakar 2013. Les compresseurs ronflent. Les moteurs font résonner leur voix rauque ici ou là. Le fesh fesh colore chaussures et habits en moins de cinq minutes. Et pourtant, tout le monde dormira à l’hôtel ce soir. Pour encore deux nuits. Après, ce sera terrible...

Le rallye monte dans les tours mais aucune vitesse n’a encore été enclenchée. Depuis mercredi, les concurrents se succèdent aux vérifications techniques et administratives avant de gonfler le parc fermé. Pour les écuries de pointe, les organisateurs ont adapté le planning. Les principales têtes ne seront examinées que vendredi, ce qui leur laisse le temps de tester une dernière fois les machines dans la banlieue de Lima, sur un terrain plus propice, et à l’abri des regards indiscrets. Les Mini du team X-Raid, grandissimes favorites en auto, ont ainsi effectué une séance de déverminage dans la matinée. C’est un passage obligé pour s’assurer que toutes pièces neuves ne présentent aucun défaut. Point de buggy Red Bull, de Toyota ou de Hummer non plus jeudi sur le parking de regroupement. La confrontation les yeux dans les yeux attendra vendredi, le début des hostilités samedi ou plus certainement dimanche autour de Pisco.

Décontracté et philosophe, Christian Lavieille bouclait lui les derniers préparatifs autour de son buggy Dessoude. Avec seulement quelques kilomètres au compteur, l’ancien champion du monde d’endurance en moto ne fait plus de plan sur la comète. Trop d’espoirs déçus… En 2012, malgré une préparation complète, il avait dû renoncer très vite à cause d’une casse mécanique. Dans l’équipe du sorcier de Saint-Lô, les belles années semblent derrière. Les autos seront certainement dans le coup pour un top 30 mais le système D a ses charmes et parfois ses limites. Pour le charme, Dessoude a surtout misé sur les poignées de porte de la mythique 2CV de Citroën. C’est un peu old school mais ça marche. Le rétro (ou plutôt la récup) aurait encore un avenir dans le sport-auto. Malgré la crise, la plupart des fidèles du Dakar sont au rendez-vous. Premier d’entre eux, Etienne Smulevici prendra samedi le départ de son 31e Dakar (sur 33 édition). Il n’est jamais là pour gagner mais « son » rallye-raid lui apportent tellement d’autres choses.

En moto, ce n’est pas encore la guerre des nerfs mais la tension monte sous les barnums des équipes. KTM, Husqvarna et Honda fourbissent leurs armes avec minutie. Chaque pièce est démontée, examinée et remontée avec le plus grand soin. La chasse au Cyril Despres va bientôt pour commencer. Chez Yamaha, l’assemblage des motos a pris un peu de retard mais la bande à Frétigné sera elle aussi au diapason des outisders de l’ogre KTM. Chez les amateurs, on pense surtout à passer les étapes péruviennes sans encombre. De source proche des organisateurs, on s’attend à un écrémage de 30 % après les quatre premiers jours de course. Le Dakar 2013 sera dur. Chacun s’y prépare comme il peut.