Les montagnes encerclant le bivouac de Copiapo
Les montagnes encerclant le bivouac de Copiapo | Grégory Jouin

Dunes à la une

Publié le , modifié le

Au revoir, l'Argentine. Bonjour le Chili, où l'on se sent déjà dépaysé. Finie la Pampa argentine, bienvenue aux multiples décors chiliens qui constituent une belle première surprise. Une surprise qui en cache d’autres. avec les caprices de la Cordillère et les immenses dunes de l''Atacama. Avec Copiapo pour ouvrir les hostilités.

Les puristes de la course, et les esthètes de la nature, tout comme les vrais affamés d'images regretteront sans doute d'avoir été privés de désert hier. où il était question de copieuses rations de sable dans les ergs arides de l'Atacama. Mais ils vont avoir de quoi se rassasier avec les dunes de Copiapo, seule étape en boucle au menu, un gros morceau a avaler.Ils n'auront pas beaucoup le loisir de profiter des pistes roulantes qui ont été tracées pour conduire aux mines creusées dans la roche. Mis plutôt, ils devront s'attaque à une étape d'autant plus compliquée qu'elle nécessite de s'adapter au terrain, une première partie sur des pistes sinueuses et caillouteuses, au milieu des collines et des cactus, qui pourraient paraître inoffensif. Mais attention à la facilité, le poids des kilomètres accumulés pourraient se faire sentir; surtout au moment d'aborder la deuxième partie du parcours, où il vaudra mieux éviter de se noyer dans la mer de dunes.

Bien sûr, Copiapo essaie de développer sa nouvelle image de première ville chilienne du Dakar, régulièrement visitée, et où toute la troupe aime à prendre une journée de repos. En rappelant que c'est une petite cité fertile, s'étalant par magie entre les collines et le désert et qui s'ouvre sur plusieurs lieux tout aussi passionnant à découvrir. Le Rio Copiapo, alimenté par trois ruisseaux courant à travers les pierres permet de donner de la vie à cette région plutôt sèche dont l'économie tourne autour de l'activité minière. Avant de souffler dimanche, et peut-être pourquoi pas pour les plus courageux de la caravane,se rendre en deux heures à Caldera sur la côte Pacifique,il va donc encore falloir aller au charbon sur cette boucle qui pourrait faire des dégâts dans les différents classements. "Dans le désert on est toujours libre, on sent l'écoulement du temps, écrivait Saint-Exupéry. Le temps n'aura jamais aussi essentiel au cadran des performances, que sur ses dunes ensoleillées.     

Christian Grégoire