Despres Yamaha 052013
Cyril Despres en bleu | Yamaha Motors

Despres a déjà tout prévu

Publié le , modifié le

Quintuple vainqueur du Dakar à moto, Cyril Despres se prépare en toute décontraction pour son nouveau défi avec Yamaha. Grand professionnel fondu de préparation physique, le pilote français enchaîne les séances d'entraînement. Sur la 450 YZF comme sur son corps, rien n'a été laissé au hasard.

Le retour du grand bleu. Dans la tiédeur du salon de la moto, Cyril Despres baladait ses yeux bleus clairs sur le stand Yamaha. Raccords sur la couleur et les objectifs. En changeant de crèmerie, le motard n'est pas seulement monté d'un étage par rapport à KTM, il a pris une autre stature. Le confort de rempiler pour une nouvelle campagne avec une moto autrichienne invaincue sur le Dakar depuis 12 éditions n'a pas compté. Despres avait des envies d'ailleurs, de défi. Celui de Yamaha était le plus beau. "C'est une belle aventure quand tu es passionné de moto. Yamaha, Peterhansel, Jean-Claude Olivier, Ténéré, Neveu ce sont des noms qui te parlent forcément, raconte Despres des images de Dakar plein la tête. Des fois, il ne faut pas grand-chose pour se sentir soutenu et être motivé, ça fait partie des petits détails qui comptent. Depuis treize ans, je n'étais jamais monté sur une autre moto qu'une KTM. Quand j'ai essayé la Yam la première fois, je me suis dit "pourquoi avoir attendu autant de temps ?".

Fignoler la Yamaha 450 YZF

On ne saute d'une selle à l'autre sans demander quelques ajustements. A son arrivée chez Yamaha, Despres a tout de suite voulu apporter sa patte et faire profiter le constructeur japonais de son expérience. Pas sur l'injection "qui lui inspirait confiance" mais sur des détails. Perfectionniste il est resté. "Ils voulaient aussi faire progresser leur moto. C'est aussi pour cela que j'étais là, a expliqué Despres. Comme j'aime bien fignoler, on a perdu un petit peu de temps au début à faire des petites pièces "Racing" comme les réservoirs. On a aussi fait quelques modifs comme ajouter une deuxième pompe derrière le réservoir." Pour l'ancien mécano, tout va dans le bon sens et la 450 YZF sera prête pour tenir les premiers rôles. Sous son équipement, le franco-andorran sera lui aussi très affûté. Despres est un athlète de haut niveau et ne laisse rien au hasard pour "la" course de l'année.

82 minutes de cardio

Toute l'année, le pilote est adepte des sports endurants avec des grosses charges de cardio. Après l'été, il monte en puissance avec son coach personnel. "Je fais du vélo si le temps le permet, du ski de randonnée, des sorties en raquettes, sinon je travaille dans mon petit gymnase aménagé, raconte Despres. J'ai un entraîneur qui me fait un programme avec des séances de cardio, de musculation, de renforcement. Par exemple, j'ai fait avant de venir au salon de la moto une séance de 82 minutes de cardio avec des séries de 5-6 minutes à 150/160 pulsations minute." Ces grosses séances vont durer jusqu'au 17 décembre avant de relâcher un peu jusqu'au départ à Rosario le 5 janvier prochain. Les problèmes de poids, Despres ne connaît pas. "Il y a des semaines où je fais entre 600 et 900 minutes de cardio donc je fonds toute l'année. J'ai plutôt besoin de manger…", avoue-t-il.

Répétition au road-book

Ces séances sont l'occasion idéale pour se recentrer sur la course à venir. Au fur et à mesure que l'échéance s'approche, Cyril Despres entre dans sa bulle. "Au début tout est un peu éparpillé mais quand tu es trois heures sur un vélo, tu commences à te reconcentrer et te recentrer sur tes objectifs. J'essaie de comprendre et de comparer par rapport aux autres années les endroits où on a été et ceux où on ira." Comme les anciens qui connaissaient l'entrée des passes en Afrique ? "C'est encore un peu flou d'autant qu'on va découvrir deux-trois endroits en Argentine mais oui au Chili on est sur un terrain connu." C'est l'avantage des pilotes expérimentés qui ont un GPS sous le casque. Avec son porteur d'eau Mickael Metge, la dernière phase de préparation se déroule en Espagne du côté de Saragosse. "En France, ce n'est pas facile de faire des spéciales au road-book. En Espagne, on peut le faire avec des fois jusqu'à 270 km au road-book. Comme ça on pratique un peu…" Plein gaz, Cyril Despres n'attend plus qu'une chose : descendre du podium de Rosario et se lancer dans la quête d'une sixième victoire sur le Dakar comme Stéphane Peterhansel.