Toyota Giniel de Villiers
La Toyota de Giniel de Villiers | AFP PHOTO / FRANCK FIFE (5/01/2014)

De Villiers dans le dur

Publié le , modifié le

Le Dakar a très mal commencé pour Giniel de Villiers. Privé de direction assistée très rapidement, le Sud-Africain a perdu près d’un quart d’heure sur les autres favoris.

Les joints n’ont pas tenu le choc. Une étape et la Toyota de Giniel de Villiers a connu des gros soucis en connaissant une perte d’huile importante. Cela s’est produit au niveau de la direction assistée, un élément indispensable en rallye-raid.

« C’était vraiment un très mauvais départ, a confirmé De Villiers. Après seulement 30 km, nous avons perdu la direction assistée et avec les gros cailloux sur la route, c’était impossible d’aller vite. C’est fatal sur un tracé comme celui-ci, j'ai les bras et les mains en feu! Donc on a été obligé de rouler très lentement, et même de nous arrêter 3 fois pour mettre toute l'huile que nous avions dans le système, mais la fuite a continué et sur les 50 derniers kilomètres nous n'avions plus du tout de direction assistée. Et franchement c'était presque impossible de conduire dans ces conditions. Donc je suis déjà content d'être ici! pour la bagarre, il faudra attendre un autre jour. »

Avec 15’57’’ de retard sur Sousa, De Villiers s’en sort pas trop mal. Ce n’est que le début du rallye et le podium n’est pas encore compromis. A condition de ne pas reproduire ce genre de mésaventure.

Vidéo: le résumé de la première étape auto